This content is not available in your region

Art : l'Espagne va payer 100 millions pour louer la collection Thyssen

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP, EFE
euronews_icons_loading
Le musée Thyssen-Bornemisza de Madrid exposera les 330 oeuvres de la collection Thyssen pendant 15 ans.
Le musée Thyssen-Bornemisza de Madrid exposera les 330 oeuvres de la collection Thyssen pendant 15 ans.   -   Tous droits réservés  AP Photo/Alexander Zemlianichenko

Carmen Thyssen et le gouvernement espagnol ont signé ce mercredi un accord pour que la collection de l'aristocrate reste en Espagne pendant 15 années supplémentaires. Le document, fruit de plus d'une décennie de négociations, prévoit la location de 330 œuvres pour 6,5 millions d'euros par an. Les oeuvres seront exposées au musée Thyssen-Bornemisza de Madrid, qui fêtera ses 30 ans en octobre prochain.

"Enfin. C'est un jour historique, je suis très excitée", a déclaré la veuve du Baron Thyssen, les larmes aux yeux. Son rêve, a-t-elle déclaré, était que les deux collections (la sienne et celle de son mari) "soient ensemble", et à partir d'aujourd'hui, elles continueront à l'être, au moins pendant les 15 années que dure l'accord.

La collection a été prêtée gratuitement à l'Espagne pendant 21 ans. Les négociations pour son arrivée en Espagne ont commencé peu de temps après que le gouvernement espagnol a acheté la collection du baron. 

L'État avait l'intention d'acheter la collection de la baronne dès son arrivée en Espagne, comme il l'avait fait avec son mari. C'est d'ailleurs dans ce but qu'une extension du musée madrilène a été réalisée pour 38 millions d'euros. Des travaux qui offrent 8 300 mètres carrés d'espace supplémentaire.

Avec cet accord, Carmen Thyssen (78 ans) a opté pour la location et pour que ses héritiers décident s'ils veulent la vendre à l'État, une fois les 15 années écoulées.

6,5 millions d'euros par an

Le contrat initial pour la collection Carmen Thyssen comprenait près de 800 œuvres, mais au fil des ans, ce nombre a considérablement diminué. L'aristocrate a ouvert d'autres musées (Malaga et Andorre) et a vendu des œuvres majeures telles que "L'écluse" de John Constable.

Des désaccords avec le gouvernement et des désaccords avec son fils, co-signataire, ont ralenti le processus.

L'accord est avantageux pour l'aristocrate : elle va recevoir 6,5 millions d'euros par an pendant 15 ans, et elle pourra prêter 20 œuvres pour d'autres expositions. Une fois le contrat terminé, le gouvernement disposera d'un droit préférentiel pour acheter la collection - qui a été évaluée à 1,7 milliard d'euros - et toutes les sommes versées au fil des ans à titre de loyer (97,5 millions d'euros) seront déduites.

Pendant cette période, le gouvernement espagnol prendra en charge les coûts d'entretien, de restauration et d'assurance des ouvrages. Si nécessaire, la baronne pourra vendre jusqu'à trois œuvres, mais aucune d'entre elles ne sera la "Mata Mua" (Autrefois).

L'œuvre peinte par Paul Gauguin (1848-1903) occupe une place particulière dans la visite. Son départ d'Espagne avec trois autres tableaux - un Degas, un Hopper et un Monet - en 2020, en plein confinement, avait ouvert l'une des crises les plus graves de tout le processus de négociation.

Le cœur de la collection de la baronne est constitué par la peinture hollandaise du XVIIe siècle, le védutisme du XVIIIe siècle, la peinture de paysage naturaliste du XIXe siècle, l'impressionnisme, le post-impressionnisme et l'avant-garde du début du XXe siècle.

Parmi les noms les plus marquants figurent Picasso, Van Gogh, Gauguin, Monet, Matisse, O'Keeffe, Canaletto, Delaunay, Kandinsky, Gauguin et Toulouse-Lautrec.

La collection de peintures, exposée dans une série de nouvelles salles, sera accompagnée de quatre sculptures de Rodin que le grand-père du baron avait commandées au sculpteur français.

Le fils de la baronne, Borja Thyssen, a signé l'accord avec sa mère car il est également propriétaire des deux entreprises qui détiennent les œuvres.

"Mon père m'a appris à aimer l'art et à le partager (...) Aujourd'hui est un jour très spécial, la route a été longue, avec de nombreuses difficultés, je mentirais si je disais le contraire, mais le plus important est que cela donne une garantie de quinze ans à la collection", a-t-il déclaré.