Des ressortissants étrangers quittent l'Ukraine face à la menace d'une invasion russe imminente

Des ressortissants étrangers quittent l'Ukraine face à la menace d'une invasion russe imminente
Tous droits réservés Vadim Ghirda/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Vadim Ghirda/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.
Par Julien Pavy avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Plusieurs pays appellent leurs ressortissants à quitter l'Ukraine face à la menace d'une invasion russe qui pourrait se produire "à tout moment".

PUBLICITÉ

Plusieurs pays appellent leurs ressortissants à quitter l'Ukraine face à la menace d'une invasion russe qui pourrait se produire "à tout moment".

"Je tiens à ma vie"

A l'aéroport de Kiev, des ressortissants étrangers prennent le chemin du départ. Face à la menace d'une invasion russe imminente en Ukraine, plusieurs pays comme les États-Unis, l'Allemagne, l'Italie ou la Grande-Bretagne appellent leurs citoyens à quitter le pays, alors que d'autres comme la France déconseillent seulement les voyages vers les zones frontalières du nord et de l'est de l'Ukraine.

A l'aéroport, la tension est palpable :

"Je pars à cause de la situation actuelle parce que je tiens à ma vie. Je pense que le choix le plus judicieux à faire est de quitter l'Ukraine maintenant", dit ce touriste marocain.

"Je pense qu'il ne va rien se passer, dit cet Américain qui vit en Ukraine. "Mais malheureusement personne ne peut lire dans les pensées de Vladimir Poutine".

Personne ne peut lire dans les pensées de Vladimir Poutine.
Un ressortissant américain

Olaf Scholz à Kiev lundi puis à Moscou

En coulisses, la diplomatie poursuit ses efforts pour éviter la guerre. Dans un entretien téléphonique dimanche soir, le président américain Joe Biden et son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky sont convenus de poursuivre le dialogue et la "dissuasion" face à la Russie.

De son côté, le chancelier allemand Olaf Scholz doit ce rendre ce lundi à Kiev puis le lendemain à Moscou pour une rencontre avec Vladimir Poutine.

Berlin prévient, qu'en cas d'invasion russe en Ukraine, les sanctions seront immédiates : "Il faut dire clairement qu'en cas d'agression militaire contre l'Ukraine, contre son intégrité territoriale et sa souveraineté, cela entraînera des réponses et des sanctions sévères que nous avons soigneusement préparées et que nous pouvons rendre effectives immédiatement avec nos alliés en Europe et dans l'OTAN."

En cas d'agression contre l’Ukraine (...) cela entraînera des réponses et des sanctions sévères que nous avons soigneusement préparées.
Olaf Scholz
chancelier allemand

A Berlin, comme à Washington, on s'inquiète d'une invasion "à tout moment", alors que 130 000 soldats russes sont désormais massés le long de la frontière ukrainienne.

De part et d'autre, les manœuvres se multiplient. Des soldats américains sont arrivés en renfort en Pologne et la Lituanie a envoyé de l'aide militaire à Kiev.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : des forces russes déployées près de la frontière retournent dans leurs garnisons

La nouvelle loi ukrainienne sur la mobilisation est entrée en vigueur

Kharkiv et Odessa visées par des frappes russes, la Crimée occupée ciblée par les Ukrainiens