This content is not available in your region

Géorgie : la solitude des personnes âgées renforcée avec la pandémie

Access to the comments Discussion
Par Nanuka Meshvelashvili
euronews_icons_loading
Des vendeurs géorgiens attendent des clients sur un marché dans le centre de Tbilissi, en Géorgie, jeudi 11 juin 2015.
Des vendeurs géorgiens attendent des clients sur un marché dans le centre de Tbilissi, en Géorgie, jeudi 11 juin 2015.   -   Tous droits réservés  Photo : Shakh Aivazov (AP)

Lorsque sa famille ou ses amis n'ont pas de temps à lui consacrer, Nodar Ghonikashvili, 70 ans, se rend dans un petit parc de Tbilissi, la capitale géorgienne.

Trouver quelqu'un avec qui discuter et avec qui partager les nouvelles du jour n'est pas toujours évident.

"J'ai besoin de partager les nouvelles que j'entends. Plus vous entendez de choses, plus vous avez envie d'en discuter avec quelqu'un, explique le retraité. Parfois, mon petit-fils ne veut pas entendre mes histoires. __Bien sûr, nous communiquons ensemble, il me demande des choses de temps en temps. Mais de toute façon, lui et moi, nous pensons différemment. Alors c'est mieux de vivre comme ça. Bien sûr, il y a le sentiment de solitude dans ces moments-là. Chacun vaque à ses occupations, tout le monde est occupé", ajoute Nodar Ghonikashvili.

20% des personnes interrogées ont déclaré souffrir d'une solitude sévère

Le centre de jour pour personnes âgées où il se rend souvent est temporairement fermé en raison de la pandémie. Mais chaque jour, le personnel organise des animations pour une trentaine de personnes âgées, pour leur rappeler qu'elles ne sont pas seules et que leur vie est importante.

En 2021, le Fonds des Nations unies pour la population et l'University College de Londres ont mené une enquête dans 20 pays d'Asie centrale et d'Europe de l'Est : 20% des personnes ayant participé à cette enquête et qui étaient âgées de 65 à 85 ans, ont déclaré souffrir d'une solitude sévère. Un sentiment qui a été renforcée par la pandémie de Covid.

"La situation dans les anciennes Républiques soviétiques est plus dramatique qu'en Europe de l'Est où les programmes sociaux pour les personnes âgées y sont plus développés. C'est pourquoi nous avons une telle différence au niveau de la politique de l'État en termes de traitement des personnes âgées", souligne Iago Katchkatchishvili, professeur et sociologue.

Selon les chercheurs, une solution à ce problème pourrait passer par l'élaboration d'une politique nationale mise en place par l'Etat et axée sur la protection des droits, de la santé et de la dignité de ces citoyens âgés.