La BCE promet "les bonnes mesures au bon moment" pour assurer la stabilité des prix

La BCE promet "les bonnes mesures au bon moment" pour assurer la stabilité des prix
Tous droits réservés Michael Probst/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Devant le Parlement européen, Christine Lagarde, présidente de la BCE, a reconnu que "l'inflation a fortement augmenté ces derniers mois et a surpris encore plus en janvier", mais son objectif à moyen terme est un taux d'inflation de 2%.

PUBLICITÉ

La présidente de la Banque centrale européenne a promis "les bonnes mesures au bon moment" pour assurer la stabilité des prix dans la zone euro.

Devant le Parlement européen Christine Lagarde a reconnu que "l'inflation a fortement augmenté ces derniers mois et a surpris encore plus en janvier", mais les prévisions de Francfort tablent sur une baisse de l'inflation au cours de l'année et sur un retour autour de l'objectif de 2 % en 2023.

"Nous resterons attentifs aux données à venir dit elle ici et nous examinerons attentivement les implications pour les perspectives d'inflation à moyen terme", a déclaré Christine Lagarde. "Ces implications sont des paramètres clés de notre orientation prospective. Une hausse des taux ne se produira pas avant la fin de nos achats de dette".

L'inflation élevée, qui a atteint le niveau record de 5,1 % en janvier, est due aux coûts de l'énergie et aux problèmes des chaînes d'approvisionnement mondiales, alors que les tensions russo-ukrainiennes perturbent l'approvisionnement de l'Europe en gaz russe.

Dans ce contexte, la BCE ne relèvera pas ses taux d'intérêt avant d'avoir terminé ses achats de dette de la zone euro, et pour cela, les trois conditions fixées par l'institution pour éviter "une hausse prématurée des taux d'intérêt" devront également être remplies, a déclaré Christine Lagarde.

La BCE, qui mettra à jour ses projections économiques en mars, examinera surtout les prix de l'énergie.

Cependant Christine Lagarde a souligné que "les conditions de la demande dans la zone euro ne présentent pas les mêmes signes de surchauffe que ceux observés dans d'autres grandes économies", ce qui "augmente la probabilité que les tensions actuelles sur les prix s'atténuent avant de s'installer", ce qui lui permettrait d'atteindre son objectif de 2 % à moyen terme.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Hongrie : l'opposition appelle à des élections anticipées en cas de victoire aux européennes

L'Union européenne menacée par l'ingérence russe

Un "Russiagate" au Parlement européen ? Des enquêtes sont en cours