This content is not available in your region

Vladimir Poutine reconnaît unilatéralement l'indépendance des régions pro-russes d'Ukraine

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Vladimir Poutine le 19 février dernier
Vladimir Poutine le 19 février dernier   -   Tous droits réservés  Alexei Nikolsky, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP

Malgré les appels de chancelleries occidentales et des Nations unies, Vladimir Poutine a reconnu l'indépendance des territoires séparatistes d'Ukraine.

Dans une allocution préenregistrée, le président russe d'abord expliqué pendant 60 minutes que l'Ukraine était aux mains de l'Occident et que c'était une grande menace pour la Russie.

Je considère qu'il est nécessaire de prendre une décision qui aurait dû être prise depuis longtemps : celle de reconnaître immédiatement l'indépendance et la souveraineté de la République populaire de Donetsk et de la République populaire de Lougansk
Vladimir Poutine, président russe

Vladimir Poutine, président russe : "J_e considère qu'il est nécessaire de prendre une décision qui aurait dû être prise depuis longtemps : celle de reconnaître immédiatement l'indépendance et la souveraineté de la République populaire de Donetsk et de la République populaire de Lougansk. Je demande à l'Assemblée fédérale de soutenir cette décision, puis de ratifier les traités d'amitié et d'assistance mutuelle avec les deux républiques._"

L'Union européenne a condamné la décision du Kremlin de reconnaître l'indépendance des régions séparatistes de l'Est de l'Ukraine.

La présidente de la Commission européenne estime qu'il s'agit d'"une violation flagrante du droit international ainsi que des accords de Minsk".

Ursula von der Leyen prévient que L'Union réagira par des sanctions à l'encontre des personnes impliquées dans cet acte illégal".

La dégradation de relations entre Kiev et Moscou date de la révolution pro-européenne de Maïdan qui avait abouti en février 2014 avec la fuite vers la Russie du président Viktor Ianoukovitch.

Moscou avait sanctionné le changement de régime ukrainien et son désir de se tourner vers l'Ouest en annexant la Crimée et en soutenant les aspirations séparatistes des régions de l'Est.

Voici le déroulé des événements de la journée :

  • 20h50 : l'UE va réagir avec "fermeté" à la reconnaissance de l'indépendance des régions séparatistes par Moscou.
  • 20h45 : Boris Johnson dénonce une "violation flagrante de la souveraineté" de l'Ukraine
  • 20h40 : Vladimir Poutine, après avoir reconnu l'indépendance des régions pro-russes d'Ukraine, signe des "accords d'amitié et d'entraide" avec les séparatistes prorusses.
  • 20h15 : Vladimir Poutine, lors de sa déclaration à la télévision russe, déclare que l'Ukraine a déjà perdu sa souveraineté, devenant le serviteur "des maîtres occidentaux". Il ajoute : "L'Ukraine n'est pas un pays voisin,elle fait partie intégrante de notre histoire et de notre culture".
L'Ukraine n'est pas un pays voisin, elle fait partie intégrante de notre histoire et de notre culture
Vladimir Poutine
  • 19h15 : Emmanuel Macron convoque un Conseil de défense ce lundi soir.

  • 19h00 : L'Union européenne est prête à actionner des sanctions si Moscou décide de reconnaitre l'indépendance des régions séparatistes de l'est de l'Ukraine et appelle le président Poutine à ne pas les reconnaitre, annonce Josep Borrell, le chef de la diplomatie européenne.

  • 18h55 : un entretien d'urgence est en cours entre Olaf Scholz, Emmanuel Macron, Volodymyr Zelensky et leurs "partenaires les plus étroits". De son côté le président ukrainien convoque le Conseil de sécurité nationale.

  • 18h45 : La police ukrainienne annonce que deux soldats ont été tués, et quatre autres blessés dans un bombardement séparatiste.

  • 18h30 : Le président russe Vladimir Poutine devrait s'exprimer de façon imminente à la télévision russe. Plus tôt dans la journée, il a déclaré que "_l__es accords de paix de Minsk sur le conflit opposant l'Ukraine à des séparatistes prorusses n'ont aucune perspective de mise en oeuvre"_, précisant que Kiev "sabotait" ces accords.

Vadim Ghirda/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.
Soldats ukrainiens à Popasna, dans l'est de l'UkraineVadim Ghirda/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.
  • 18h : Le gouverneur régional de la région de Donetsk annonce qu'un civil a été tué par un bombardement séparatiste. La victime, un homme né en 1970, aurait été tué dans le village de Novolouganské, où ce bombardement a aussi provoqué une coupure de l'électricité et du chauffage et endommagé un gazoduc, a précisé sur Facebook le gouverneur Pavlo Kyrylenko.
  • 17h : L'Ukraine demande une réunion "immédiate" du Conseil de sécurité de l'ONU face à la menace d'une invasion russe. La demande se fonde sur l'article 6 des "Memorandum de Budapest", un accord de 1994 garantissant l'intégrité et la sécurité de l'ex-république soviétique en échange de l'abandon des armes nucléaires héritées de l'URSS.

  • 16h40 : Vladimir Poutine déclare à son conseil de sécurité qu'il décidera ce lundi de reconnaître éventuellement l'indépendance des régions pro-russes ukrainiennes deDonetsk et de Lougansk. "La décision sera prise aujourd'hui", dit le président russe. "L'objectif de notre réunion est d'écouter nos collègues et choisir dans quelle direction nous voulons aller : je veux parler des leaders des Républiques populaires de Donetsk et Lougansk qui demandent qu'on reconnaissent leurs indépendance." Plus tôt dans la journée, les dirigeants des deux territoires l'avaient appelé à reconnaître leur indépendance et à mettre en place une "coopération en matière de défense". Selon Vladimir Poutine, Joe Biden lui néanmoins donné l'assurance que l'Ukraine ne deviendrait pas membre de l'OTAN dans un avenir proche et qu'un "moratoire" était envisageable.

  • 14h :L'armée russe dit avoir abattu cinq "saboteurs" qui venaient d'Ukraine et auraient illégalement franchi la frontière dans la région de Rostov, à l'Est du port ukrainien de Marioupol. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères dément en assurant que pas un seul de ses militaires n'a été tué ce lundi et que l'Ukraine n'a bombardé aucun poste-frontière russe.

Je demande à la Russie de cesser son usine à fake news
Dmytro Kuleba, ministre ukrainien des Affaires étrangères

Dmitro Kuleba écrit que son pays n'a attaqué ni Donesk, ni Lougansk et appelle Moscou à cesser de pratiquer la désinformation.

De son côté, Washington dit avoir obtenu une liste de ressortissants ukrainiens que la Russie prévoirait d'assassiner ou d'emprisonner en cas d'invasion de l'Ukraine.

Sur le terrain, les séparatistes pro-russes et les forces ukrainiennes s'accusent mutuellement d'être à l'origine des combats ; alors que les autorités de Donetsk et Lougansk ont décrété la mobilisation générale et l'évacuation vers la Russie de dizaines de milliers de civils.