This content is not available in your region

Ukraine : Londres sanctionne des banques et des oligarques russes

Access to the comments Discussion
Par Laurence Alexandrowicz
euronews_icons_loading
Ukraine : Londres sanctionne des banques et des oligarques russes
Tous droits réservés  David Cliff/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Londres sanctionne des oligarques et des banques russes, au lendemain de la reconnaissance par Moscou des régions séparatistes ukrainiennes. Le gouvernement annonce viser "les intérêts économiques qui soutiennent la machine de guerre russe".

"Aujourd'hui, le Royaume-Uni sanctionne les cinq banques russes suivantes : Rossiya Bank, IS Bank, General Bank, Promsvyazbank et Black Sea Bank, et nous sanctionnons trois personnes très fortunées, Gennady Timchenko, Boris Rotenberg et Igor Rotenberg, a déclaré Boris Johnson à la Chambre des Communes. Tous les avoirs qu'ils détiennent au Royaume-Uni seront gelés, les personnes concernées auront l'interdiction de voyager ici et nous interdirons à toutes les personnes et entités britanniques d'avoir des relations avec eux".

Des sanctions qui ne convainquent pas toujours car dans un même temps le Royaume Uni se voit régulièrement reprocher son inaction face à l'argent russe sur son territoire, soupçonné de provenir parfois de la corruption, ou du crime organisé. Des oligarques russes disposent d'importants avoirs et propriétés dans les quartiers huppés de la capitale britannique, parfois surnommée "Londongrad".

Cela fait craindre que des sanctions soient moins efficaces, les entités visées ayant pu mettre leur argent à l'abri grâce au laisser-aller britannique dans des paradis fiscaux ou des propriétés britanniques via des intermédiaires.

Les relations entre Moscou et le Royaume-Uni sont tendues depuis des années. Elles n'ont cessé de se détériorer depuis la mort de l'ex-agent russe Alexandre Litvinenko, empoisonné au polonium en 2006 à Londres, se dégradant encore avec l'empoisonnement de l'ex-agent russe Sergueï Skripal en 2018 en Angleterre.

Selon Boris Johnson la reconnaissance par Moscou est un "prétexte pour une offensive d'envergure".

D'autres sanctions sont prêtes à être introduites avec les Etats-Unis et l'Union européenne si l'escalade se poursuit.