This content is not available in your region

[Reportage] Avec les milliers d'Ukrainiens traversant le Danube pour se réfugier en Roumanie

Access to the comments Discussion
Par Diana Sobaru  avec Olivier Péguy
euronews_icons_loading
Vue aérienne du port roumain d'Isaccea sur le Danube, avec le débarquement de réfugiés ukrainiens, le 28/02/2022 - capture d"écran d'une vidéo Euronews
Vue aérienne du port roumain d'Isaccea sur le Danube, avec le débarquement de réfugiés ukrainiens, le 28/02/2022 - capture d"écran d'une vidéo Euronews   -   Tous droits réservés  AP Photo

Des milliers d'Ukrainiens empruntent le ferry traversant le Danube pour se mettre à l'abri en Roumanie. Notre envoyée spéciale les a rencontrés. Reportage.

Un flot ininterrompu de réfugiés ukrainiens qui traversent le Danube, marquant la frontière entre l'Ukraine et la Roumanie. Des femmes, des enfants, des personnes âgées qui fuient la guerre dans leur pays pour se mettre à l'abri de l'autre côté du fleuve.

Nous sommes à Isaccea, le port d'entrée en Roumanie.

Un des membres d'équipage du ferry explique que cela fait 4 jours qu'ils travaillent en non-stop. "On traverse, on embarque les passagers, puis on revient. (...) A chaque rotation, on transporte environ 1000 personnes."

"C'est compliqué, ajoute le pilote du ferry. On ne fait aucune pause. On ne fait que faire des rotations. Mais on le fait pour aider nos voisins."

Vitalli est un des responsables du port d'Orlivka, sur la rive ukrainienne du Danube. Cela fait plusieurs jours qu'il n'a quasiment pas dormi, pour permettre le transit des réfugiés.

"Je fais partie des gens qui ne sont pas autorisés à quitter l'Ukraine, explique-t-il. De toutes les façons, je n'en ai pas envie : l'Ukraine, c'est mon pays, et je veux y rester."

Et quand on lui demande s'il est prêt à se battre, il répond : "oui, si c'est nécessaire". Et d'ajouter : "pour le moment, la bataille que je mène, c'est pour aider les gens qui en ont besoin, à quitter le pays."

Quelques bagages et beaucoup d'incertitudes

Les réfugiés qui quittent l'Ukraine n'ont souvent que quelques bagages avec eux. Ils laissent derrière eux, un pays en guerre et en proie à la désolation. Et devant eux, beaucoup d'incertitudes.

"Je ne sais pas où on va aller, confie un réfugié âgé. On verra bien. Il paraît que quelqu'un doit nous conduire jusqu'à la ville de Brăila."

"Jusque-là, ça va, témoigne une jeune femme enceinte de 8 mois. Mes parents m'ont dit que je devais aller en Roumanie pour y trouver refuge, afin d'accoucher dans des conditions plus sûres."

Les membres d'équipage de ce ferry n'a pas dormi depuis plusieurs jours, et ils comptent bien faire tout ce qu'ils peuvent pour permettre aux réfugiés ukrainiens de traverser la frontière et trouver refuge côté roumain.