Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Ce qu'il faut retenir de la 5e journée de guerre en Ukraine : civils tués, pourparlers, sanctions

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP, AP
euronews_icons_loading
Ce qu'il faut retenir de la 5e journée de guerre en Ukraine : civils tués, pourparlers, sanctions
Tous droits réservés  AP/Satellite image ©2022 Maxar Technologies

Au cinquième jour de l'invasion russe en Ukraine, les affrontements ont continué dans plusieurs villes.

Les forces russes ont violemment bombardé ce lundi, la deuxième ville du pays : Kharkiv. Selon les autorités régionales, onze civils ont perdu la vie lors de l’assaut de l’armée russe. Pour Kiev, la capitale ukrainienne reste "l'objectif principal" des forces russes.

Voici les informations importantes à retenir ce lundi sur la guerre en Ukraine :

Assauts repoussés sur Kiev

Sur le terrain, l'armée ukrainienne a affirmé avoir repoussé plusieurs tentatives des forces russes de prendre d'assaut les abords de Kiev.

De son côté, l'armée russe a assuré que les civils pouvaient quitter "librement" Kiev, tout en accusant le pouvoir ukrainien de les utiliser comme "boucliers humains".

Terrée la nuit, la population de Kiev sort le jour, notamment pour trouver des vivres. Mais il est de plus en plus difficile de trouver de quoi se nourrir.

"Il ne reste plus rien. Nous avons réussi à entrer dans un supermarché et il n'y avait ni du pain, ni du lait, ni des œufs. Il ne restait que de l'eau et des bonbons", explique un résident de Kiev.

Négociations entre Kiev et Moscou

Les négociations entre la Russie et l'Ukraine ont commencé lundi au Bélarus, un deuxième round des pourparlers est déjà prévu, mais la date n’a pas été communiquée.

Selon l'un des négociateurs russes, Vladimir Medinski, cette nouvelle rencontre aurait lieu "bientôt" à la frontière polono-bélarusse.

Pour Kiev, "la question clé est un cessez-le-feu immédiat et le retrait des troupes (russes) du territoire ukrainien".

Poutine dit vouloir la Crimée et la neutralité de l'Ukraine

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré à son homologue français Emmanuel Macron exiger la reconnaissance de la Crimée comme territoire russe, la "dénazification" du gouvernement ukrainien et un "statut neutre" de Kiev, comme préalable à la fin de l'invasion de l'Ukraine.

Emmanuel Macron a échangé lundi pendant 1H30 avec Vladimir Poutine, en lui demandant l'arrêt des frappes contre les civils et la sécurisation des axes routiers en Ukraine, des points sur lesquels le président russe "a confirmé sa volonté de s'engager", a assuré l'Elysée.

Demande officielle d'adhésion à l'UE

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a officiellement formulé une demande d'adhésion de l'Ukraine à l'Union européenne et a exhorté l'union à intégrer "sans délai" son pays "via une nouvelle procédure spéciale".

La Suisse choisit le camp des sanctions dures contre la Russie

Choquée par la brutalité de l'assaut de Moscou, la Suisse a déclaré reprendre "l'intégralité" des sanctions économiques de l'UE contre la Russie, y compris contre le président Vladimir Poutine.

"La neutralité, ce n'est pas l'indifférence", a déclaré le président de la Confédération suisse.

Moscou face aux sanctions de l'Occident

Washington a interdit avec effet immédiat toute transaction avec la banque centrale russe.

Le Royaume-Uni va renforcer ses sanctions visant le secteur financier russe, en gelant notamment les avoirs sur son territoire de toutes les banques russes "dans les jours à venir". Londres a par ailleurs décidé d'interdire l'accès aux ports du Royaume-Uni aux navires sous pavillon russe, ainsi que ceux affrétés ou détenus par des Russes.

Face aux sanctions, Vladimir Poutine a annoncé des mesures drastiques pour soutenir le rouble, en pleine dégringolade. Les résidents en Russie ne pourront plus transférer de devises à l'étranger, et les exportateurs russes sont sommés de convertir en roubles 80% de leurs recettes en devises étrangères engrangées depuis le 1er janvier

Exclue du Mondial, la Russie mise au ban du sport

Le Comité international olympique recommande un bannissement historique des Russes et des Bélarusses du sport mondial.

La FIFA lui donne immédiatement satisfaction : la Russie a été exclue du Mondial de football, compétition planétaire qu'elle avait accueillie il y a quatre ans.

Civils tués

Le bilan du conflit jusqu'ici reste incertain. L'Ukraine a fait état de quelque 200 civils et des dizaines de militaires tués depuis jeudi. Parmi les victimes, 16 enfants.

L'ONU a indiqué lundi avoir enregistré 102 civils tués, dont 7 enfants, et 304 blessés, mais a averti que les chiffres réels "sont considérablement" plus élevés.

L'armée russe a reconnu pour la première fois dimanche avoir recensé des "morts" et des "blessés" dans son invasion de l'Ukraine, sans donner de chiffres.

Plus de 500 000 réfugiés

Plus de 500 000 personnes ont quitté l'Ukraine pour se réfugier dans plusieurs pays limitrophes depuis le déclenchement de l'offensive russe, a tweeté lundi le Haut Commissaire de l'ONU aux réfugiés Filippo Grandi.

L'UE a dit s'attendre à plus de sept millions de personnes déplacées.