Guerre en Ukraine : Joe Biden déploie une aide militaire "sans précédent"

Guerre en Ukraine : Joe Biden déploie une aide militaire "sans précédent"
Tous droits réservés Patrick Semansky/The Associated Press
Tous droits réservés Patrick Semansky/The Associated Press
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après une allocution du président ukrainien au Congrès américain, le président des Etats-Unis a signé un texte qui porte à 1 milliard de dollars l'assistance militaire à l'Ukraine

PUBLICITÉ

Quelques heures après l'allocution du président ukrainien au congrès américain, Joe Biden déploie un arsenal militaire sans précédent.

Le dirigeant des Etats-Unis a promis une aide militaire d'un milliard de dollars à son allié. 200 millions d'armes avaient déjà été annoncés le weekend dernier. 800 millions de dollars supplémentaires vont être versés.

"Cette aide comprend 800 systèmes anti-aériens pour s'assurer que les militaires ukrainiens puissent continuer à arrêter les avions et les hélicoptères qui attaquent leur peuple, et pour défendre leur espace aérien . Et à la demande du président Zelensky, nous avons identifié et aidons l'Ukraine à acquérir des systèmes anti-aériens supplémentaires à plus longue portée, ainsi que les munitions pour ces systèmes", a-t-il détaillé.

"Criminel de guerre"

Si Volodymyr Zelensky n'obtient pas la mise en place de l'interdiction de survol de son pays, Joe Biden souhaitant éviter une confrontation directe avec la Russie, Kyiv récupère un nouveau lot d'équipements performants.

Après ces annonces, le président américain a qualifié son homologue russe de "criminel de guerre", une remarque jugée "inacceptable et impardonnable" par Moscou.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Joe Biden met le cap sur l'Europe pour les sommets de l'UE, du G7 et de l'OTAN

Séisme au Japon : au moins quatre morts et plus de 100 blessés

Le président américain a qualifié le Japon et l'Inde de nations "xénophobes"