This content is not available in your region

Zelensky appelle devant le Bundestag allemand à abattre le nouveau "Mur" érigé en Europe

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Volodymyr Zelensky s'exprime par visioconférence face au députés allemands, le 17 mars 2022, Berlin, Allemagne
Volodymyr Zelensky s'exprime par visioconférence face au députés allemands, le 17 mars 2022, Berlin, Allemagne   -   Tous droits réservés  Markus Schreiber/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exhorté jeudi l'Allemagne à abattre le nouveau "Mur" érigé en Europe contre la liberté depuis l'invasion russe de l'Ukraine, faisant un parallèle avec l'ancien Mur de Berlin.

"Cher Monsieur le chancelier (Olaf) Scholz, détruisez ce Mur, donnez à l'Allemagne le rôle de leader qu'elle mérite", a lancé le dirigeant ukrainien qui s'adressait par visioconférence à la chambre basse du parlement allemand.

EN DIRECT

Suivez en direct la déclaration du président ukrainien Volodymyr Zelensky devant les députés allemands au Bundestag

Posted by Euronews en français on Thursday, March 17, 2022

Il a ainsi dressé un parallèle avec un discours historique du président américain Ronald Reagan, qui avait lancé en 1987 depuis la Porte de Brandebourg à Berlin au dirigeant de l'époque soviétique Mikhaïl Gorbatchev: "Détruisez ce Mur" ("Tear down this wall"). Deux ans plus tard tombait le Mur de Berlin.

Le chancelier allemand a dans la foulée salué les "paroles percutantes" du président ukrainien, sans pour autant répondre directement aux demandes de M. Zelensky. "Nous le voyons bien: la Russie poursuit chaque jour sa guerre cruelle, avec des pertes terribles", a déploré sur Twitter le successeur d'Angela Merkel.

"Nous nous sentons tenus de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour donner une chance à la diplomatie et mettre fin à la guerre", conclut le chef du gouvernement allemand.

Moscou dénonce des déclarations dangereuses

Comme la veille devant le Congrès américain, le président ukrainien a reçu une standing ovation du Bundestag, avant son intervention d'une dizaine de minutes. S'il n'est pas parvenu à convaincre l'OTAN d'instaurer une zone d'exclusion aérienne au dessus de l'Ukraine, Volodymyr Zelensky a finalement obtenu mercredi de Joe Biden 800 millions de dollars d'aide militaire, ainsi que des livraisons de systèmes de défense anti-aériens et de drones.

Moscou a vivement réagi par l'intermédiaire de Maria Zakharova, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, elle-même touchée par les sanctions prises par les pays occidentaux :

"Ces déclarations sont extrêmement dangereuses, et ces livraisons, comme l'ont déjà mentionné les représentants de l'administration présidentielle, deviendront un facteur de déstabilisation qui n'apportera pas la paix en Ukraine. Mais dans une perspective à long terme, elles peuvent avoir des conséquences plus dangereuses" a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse qui se tenait en même temps que le discours de Zelensky au Bundestag.

La porte-parole de la diplomatie russe a par ailleurs nié le fait que des civils aient été ciblés par l'armée russe en Ukraine.

Critiques de Nord Stream II

M. Zelensky a déploré, depuis l'invasion russe, l'érection d'un nouveau "Mur" en Europe. "Ce n'est pas un Mur de Berlin mais un Mur en Europe centrale entre la liberté et la servitude et ce Mur s'agrandit à chaque bombe" lancée sur une ville ukrainienne, a souligné le président ukrainien.

"Chaque année, les politiques répètent +plus jamais ça+. Et à présent, nous voyons que ces mots ne valent tout simplement rien. Un peuple est en train d'être détruit en Europe", a averti M. Zelensky, selon lequel 108 enfants ont été tués en Ukraine depuis le début de l'offensive. "Aidez-nous à arrêter cette guerre".

Le président ukrainien a regretté dans son discours les étroites relations économiques tissées ces dernières années entre Berlin et Moscou, en matière énergétique notamment.

"Cher peuple allemand, comment est-ce possible que, quand nous vous avons dit que Nord Stream 2 (un projet de gazoduc entre la Russie et l'Allemagne), c'est une sorte de préparation à la guerre, nous ayons entendu comme réponse 'c'est purement économique, c'est l'économie, l'économie' ?", a-t-il lancé.

Pour certains, c'est de la politique, mais ce sont aussi des pierres, ce sont des pierres pour le nouveau Mur
Volodymyr Zelensky

Ces projets menés par l'Allemagne et la Russie, "c'était le ciment pour le nouveau Mur", a fustigé M. Zelensky.

"Pour certains, c'est de la politique, mais ce sont aussi des pierres, ce sont des pierres pour le nouveau Mur", a-t-il martelé.

L'Ukraine est opposée depuis le début au gazoduc Nord Stream 2 reliant la Russie et l'Allemagne, finalement suspendu quand Vladimir Poutine a reconnu l'autonomie des provinces prorusses ukrainiennes.

Le régime ukrainien exhorte aussi depuis de nombreuses semaines l'Allemagne à lui livrer des armes, ce que Berlin a finalement acceptéaprès l'invasion russe lancée il y a tout juste trois semaines.

Mais le gouvernement d'Olaf Scholz continue de s'opposer à un boycott de l'importation de gaz et de pétrole russes, que demande Kiev.