This content is not available in your region

Après un mois de guerre en Ukraine, un bilan humain dramatique

Access to the comments Discussion
Par Julien Pavy  avec AFP
euronews_icons_loading
Une femme dans un bâtiment bombardé à Kyiv, le 23 mars 2022
Une femme dans un bâtiment bombardé à Kyiv, le 23 mars 2022   -   Tous droits réservés  Vadim Ghirda/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

Un mois après le début de la guerre en Ukraine, les inquiétudes se portent toujours sur la ville de Marioupol, littéralement défigurée par les bombardements.

"Une forme de génocide" à Marioupol

Selon les autorités locales, plus de 2 400 civils ont déjà perdu la vie et 100 000 sont toujours pris en étau. Ce siège est "une forme de génocide", a déclaré la procureur général d'Ukraine.

Pour Washington, il est établi que les forces russes ont commis des "crimes de guerre", ciblant délibérément des bâtiments civils clairement identifiés.

Evgeniy Maloletka/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved
Des chars russes dans Marioupol le 11 mars 2022Evgeniy Maloletka/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Entre 7 000 et 15 000 soldats russes tués selon l'Otan

L'armée russe a aussi enregistré de lourdes pertes : entre 7 000 et 15 000 morts, soit 10 % des effectifs engagés, selon les estimations de l'Otan.

A titre de comparaison, 15 000 soldats russes avaient péri en dix ans de guerre en Afghanistan.

Sanctions réciproques

Le président américain Joe Biden, qui assiste ce jeudi à un sommet de l'Alliance atlantique à Bruxelles, doit annoncer de nouvelles sanctions contre Moscou, visant à la fois des personnalités politiques et des oligarques.

De son côté, la Pologne a expulsé des dizaines de diplomates russes. Des sanctions jugées contreproductives et inefficaces par Sergueï Andreev, l'ambassadeur russe dans le pays : "Vous nous imposez des sanctions sans cesse depuis de nombreuses années, même avant 2014. Cela nous a-t-il arrêtés ne serait-ce qu'une seule fois ? "

La Russie, de son côté, a décidé d'expulser mercredi des diplomates américains. Une réponse à l'expulsion début mars par Washington de douze membres de la mission diplomatique russe auprès de l'ONU.