This content is not available in your region

Ukraine, un mois de guerre

Access to the comments Discussion
Par Loreline Merelle
euronews_icons_loading
Ukraine, un mois de guerre
Tous droits réservés  Rodrigo Abd/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

Le 24 février dernier, les sirènes retentissent, l'invasion russe est lancée. Premiers bombardements et panaches de fumée, l'impensable devient réalité.

Les troupes russes envahissent l'Ukraine par le Nord, l'Est et le Sud. En quelques heures seulement, ils s'emparent de la centrale de Tchernobyl.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky ordonne la mobilisation générale de tous les hommes de plus de 18 ans.

Des réactions plus fortes que prévues

Dans les jours qui suivent, l'Occident annonce une série de sanctions sans précédent contre la Russie. Moscou est déconnecté du système financier international. Vladimir Poutine met sa force de dissuasion nucléaire en état d'alerte.

Sur le front, la résistance ukrainienne est plus farouche que prévue. Volodymyr Zelensky refuse d'être évacué.

Il enjoint les Ukrainiens à se défendre et la communauté internationale à aider le pays.

2 mars : prise de Kherson

À Kherson, première grande ville à tomber entre les mains des Russes le 2 mars, les habitants descendent dans les rues et manifestent contre le nouvel occupant.

Deux jours plus tard, les troupes russes prennent la centrale nucléaire de Zaporijjia, après des bombardements intenses qui inquiètent la communauté internationale.

Des millions de personnes fuient les zones de combats dont une grande partie de femmes et d'enfants. Certains quittent le pays, direction les Etats voisins et notamment la Pologne.

Sur le terrain, l'invasion s'enlise et la frustration de l'armée russe est visible même dans les airs. Les images satellites montrent le blocage du gigantesque convoi militaire sur l'autoroute qui mène à Kyiv.

Des civils pris pour cible

Les civils ne sont pas épargnés. Comme en Syrie ou en Tchétchénie, Moscou conduit des bombardements massifs et mène un siège impitoyable sur la ville de Marioupol au bord de la mer d'Azov.

Une maternité et un hôpital pour enfants sont détruit. Et un théâtre transformé en abri est bombardé.

La plupart des tentatives d'ouverture de couloirs humanitaires échouent à Marioupol, qui commence à enterrer ses victimes dans des fosses communes..

19 mars : le bain de foule de Vladimir Poutine

Devenu un paria sur la scène internationale, le président russe prend un bain de foule dans le plus grand stade de Russie à Moscou.

Il fête le 8ème anniversaire de l'annexion de la Crimée.

Et après ?

Après un mois de guerre, les destructions sont considérables.

Il y a des milliers de morts des deux côtés, dont de nombreux civils ukrainiens. Le nombre de réfugiés avoisine les 4 millions, le nombre de déplacés les 3,5 millions. Aujourd'hui, le dialogue de sourd se poursuit pour mettre en place un cessez-le-feu.