This content is not available in your region

Hongrie : l'opposition fait bloc face à Viktor Orbán

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Hungary Parliamentary Election
Hungary Parliamentary Election   -   Tous droits réservés  euronews

Le Fidesz a exercé une domination absolue sur le parlement hongrois au cours de la dernière décennie. Pendant 12 ans, le parti du Premier ministre, l'ultra-conservateur Viktor Orbán, a bénéficié de la fragmentation de l'opposition. Mais ces forces s'unissent désormais pour tenter de vaincre Orbán. C'est un front hétérogène qui réunit des socialistes, des libéraux et même un ancien parti d'extrême droite qui se réclame aujourd'hui du centre-droit.

Le premier défi au sein de cette coalition est apparu lors des primaires pour choisir le leader et le candidat au poste de premier ministre. La consultation a eu lieu à l'automne dernier. Parmi les principaux prétendants, figuraient la socialiste Klára Dobrev, le maire de Budapest Gergely Karácsony, et le maire indépendant Péter Márki-Zay.

Karácsony s’est retiré après le premier tour et a demandé à ses partisans de soutenir Péter Márki-Zay qui l’a emporté au second tour avec près de 60 % des suffrages. Ce fervent catholique, père de sept enfants, était avant cela presque inconnu en dehors de sa région.

Alors que les observateurs se demandaient si Márki-Zay avait les épaules pour affronter le tout-puissant Viktor Orbán, le leader de l’opposition a commencé par critiquer la relation étroite le Premier ministre hongrois et le président russe Vladimir Poutine"Faire partie du fan club de Poutine ne fait pas de vous un conservateur. Et voilà ce que fait Orbán : Orbán trahit l'Europe, Orbán trahit l'OTAN, Orbán trahit les États-Unis."

Un sentiment que ne partagent pas de nombreux Hongrois. Viktor Orbán a en effet pris ses distances avec le Kremlin et a soutenu à contrecœur la plupart des actions de l'UE et de l'OTAN après le déclenchement de la guerre en Ukraine. Selon les derniers sondages, Péter Márki-Zay ne convainc pas les Hongrois, même si le nombre élevé d'électeurs indécis pourrait faire pencher la balance d'un côté ou de l'autre.