This content is not available in your region

Présidentielle française : des jeunes engagés mais abstentionnistes

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
France 2022
France 2022   -   Tous droits réservés  euronews

La participation est un enjeu majeur de l'élection présidentielle française.Les sondages montrent que l'intérêt pour l'élection est en baisse constante, notamment chez les jeunes. Mais sont-ils vraiment désengagés ?

Quelques jours avant l'élection, des jeunes ont préféré marcher pour agir contre le changement climatique, à Paris, plutôt que d'assister aux meetings des candidats. La politique n'est pas vraiment leur tasse de thé : "Si on est là aujourd'hui, c'est parce qu'on n'y croit pas, explique une jeune femme. _Malheureusement, on a du mal à y croire en tout cas nos attentes sont au-delà de ça."

"Pendant cette élection, il n'y a pas un mot sur l'environnement, on en parle très peu, et l'urgence est là, c'est maintenant", raconte un autre manifestant.

Et si les politiques et les jeunes ne se comprenaient plus ? C'est l'une des conclusions du sociologue et historien Marc Lazar, co-auteur d'une étude sur les jeunes en France :"On voit très clairement qu'ils ont un certain nombre de préoccupations très importantes. Tout d'abord, l'environnement. 90% d'entre eux considèrent que c'est assez ou très important. Ils sont également très mobilisés sur les questions liées à la faim dans le monde. Sur la violence contre les femmes, la violence sexiste. Ce sont des sujets qui les concernent vraiment, mais ils ne se reconnaissent pas vraiment dans l'offre politique, dans les partis politiques, et le plus frappant, c'est que si 90% d'entre eux sont mobilisés sur les questions environnementales, seuls 11% se disent intéressés par les Verts. Il y a donc un écart considérable."

Selon une autre étude de la Fondation Jean-Jaurès, seulement un peu plus de la moitié des 18-24 ans se disent "certains" d'aller voter, contre 80% des plus de 70 ans.

"Si on va effectivement vers une abstention importante, il pourrait y avoir un écart générationnel important entre celui qui va gagner l'élection présidentielle et ces jeunes qui évoluent dans une société marquée par l'épidémie de Covid et dans laquelle ils ne reconnaissent pas le fonctionnement politique Et ça, ça peut être le signe de fortes tensions à venir pendant les cinq prochaines années", prévient Marc Lazar.

Traditionnellement, ce sont les Français qui participent le plus à l'élection présidentielle. La participation a atteint 78% au premier tour en 2017, soit une légère baisse par rapport aux deux précédentes élections présidentielles. L'abstention pourrait encore être un peu plus élevée cette année.