This content is not available in your region

Les deux filles de Vladimir Poutine sanctionnées par l'UE et Londres

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Le président russe Vladimir Poutine préside une réunion du Conseil de sécurité par vidéoconférence près de Moscou, jeudi 7 avril 2022.
Le président russe Vladimir Poutine préside une réunion du Conseil de sécurité par vidéoconférence près de Moscou, jeudi 7 avril 2022.   -   Tous droits réservés  Photo : Mikhail Klimentyev (Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP)

Les Européens ont sanctionné vendredi les deux filles de Vladimir Poutine, désormais inscrites sur la liste noire de l'UE, avec plus de 200 autres personnes, dont plusieurs oligarques proches du président russe et des patrons de presse pro-Kremlin.

Déjà ciblées par Washington et Londres, Maria Vorontsova et Katerina Tikhonova, nées respectivement en 1985 et 1986, sont les filles de Vladimir Poutine et de Lioudmila Poutina dont le président russe a annoncé avoir divorcé en 2013.

Comme les 217 individus et les 18 entités ajoutés sur cette liste publiée au journal officiel de l'UE, elles sont frappées d'une interdiction d'entrée dans l'UE et leurs avoirs y sont gelés.

L'aînée, Maria Vorontsova, est visée pour son rôle dans Nomenko, une importante société de projets d'investissement dans le secteur de la santé qui procure "des sources substantielles de revenus" au gouvernement russe, précise le journal officiel.

Sa sœur, Katerina Tikhonova, dirige un fonds de soutien aux jeunes scientifiques créé par des compagnies dont les dirigeants "sont des membres du cercle rapproché d'oligarques" du président russe, selon la même source.

Cette cinquième salve de sanctions impose en outre des mesures économiques notamment un embargo sur le charbon russe à partir du mois d'août et la fermeture des ports européens aux bateaux battant pavillon russe. Les achats de charbon par l'UE représentent un montant de huit milliards d'euros par an, une somme très inférieure aux achats de gaz et de pétrole.

Elle a été décidée après la découverte de dizaines de cadavres de civils le weekend dernier à Boutcha, près de Kiev, après le retrait des forces russes. Les images ont suscité une onde de choc mondiale et des accusations de "crimes de guerre" contre Moscou.

Londres a également décidé de sanctionner les deux filles du président Vladimir Poutine mais aussi celle du chef de la diplomatie Sergueï Lavrov, disant vouloir s'en prendre au "train de vie fastueux du cercle rapproché du Kremlin".