This content is not available in your region

Le Premier ministre slovène juge la réaction européenne "pas aussi forte qu'il le faudrait"

Access to the comments Discussion
Par Anelise Borges
euronews_icons_loading
Notre reporter Anelise Borges interviewe le Premier ministre slovène Janez Janša
Notre reporter Anelise Borges interviewe le Premier ministre slovène Janez Janša   -   Tous droits réservés  Euronews

Alors que la guerre en Ukraine entre dans sa 8ème semaine, l'Europe débat sur ce qui peut encore être fait pour aider le pays. Mi-mars, le Premier ministre slovène Janez Jansa, avec ses homologues polonais et tchèques, a été l'un des premiers responsables européens à se rendre à Kiev, alors que les combats autour de la capitale étaient encore intenses. Comment le chef du gouvernement slovène perçoit-il la position européenne ? Notre correspondante Anelise Borges l'a interrogé.

"Je pense que la réaction européenne à l'agression russe a été beaucoup plus unie et beaucoup plus forte que ce que le Kremlin avait prévu. Mais, d'un autre côté, elle n'a pas été aussi forte qu'il le faudrait.

"Les Ukrainiens se battent aussi pour nous"

Au début de cette tragédie, lorsque la Russie a envahi l'Ukraine, et que beaucoup de gens ne croyaient pas que cela arriverait, certains de nos amis européens ne croyaient pas que l'Ukraine résisterait. Ils pensaient que le gouvernement et le Président allaient fuir le pays et que la prise de pouvoir par la Russie serait rapide, de l'ordre d'une semaine.

_Maintenant - et c'est la question la plus importante - nous devons nous concentrer sur l'aide militaire à l'Ukraine parce que sinon cette guerre va continuer et cela a de l'influence sur tout, même sur la façon dont on vit en Europe. _Les Ukrainiens se battent aussi pour nous. Et l'agression russe ne sera arrêtée que lorsque l'Ukraine sera assez forte pour l'arrêter".

Une intégration "accélérée" à l'UE ?

Lors de sa visite à Kiev, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a dit vouloir accélérer l'adhésion de l'Ukraine à l'UE, alors qu'un tel processus prend généralement des années et nécessite l'unanimité des 27 membres. Qu'en pense le Premier ministre slovène ?

"Il s'agit clairement d'une question difficile pour certains États membres, mais la grande majorité des États de l'Union européenne est favorable à une approche accélérée pour l'Ukraine, mais aussi pour la Moldavie, la Géorgie et les pays des Balkans occidentaux.

Car nous avons soudainement réalisé que nous étions très faibles lorsque nous cherchions des réponses stratégiques aux questions stratégiques. Maintenant, il est évident que si l'Union européenne ne s'élargit pas, quelqu'un d'autre le fera, et cela n'apporte pas plus de paix et de sécurité au continent".