This content is not available in your region

Reportage : avec les enquêteurs et les ONG sur la trace des crimes de guerre russes

Access to the comments Discussion
Par Sérgio Ferreira de Almeida  & euronews
euronews_icons_loading
Sur le terrain avec les ONG qui enquêtent sur les crimes de guerre présumés de la Russie
Sur le terrain avec les ONG qui enquêtent sur les crimes de guerre présumés de la Russie   -   Tous droits réservés  Euronews

Avec pour toile de fond des immeubles d'habitation bombardés et des montagnes de ruines à Borodyanka, une ville de la région de Kiev, des dizaines de secouristes travaillent 24 heures sur 24 pour nettoyer ce qui reste de cette cité. Mais, en plus du nettoyage, ils collectent également des preuves pour les enquêtes pour crimes de guerre qui ont commencé.

Yurii Cehniuk, chef de l'unité des opérations spéciales, service d'urgence de l'État ukrainien :"Lors du bombardement de la ville, des bombes d'aviation de 250 et 500 kg ont été utilisées, des bombes à fragmentation interdites qui ont couvert la zone (et celles que nous avons détruites sur place) et les systèmes de lancement de roquettes "Grad" ont bombardé les localités environnantes".

Les autorités ukrainiennes sont désormais appuyées par des équipes internationales dans ces enquêtes. Pour beaucoup, il n'y a aucun doute sur ce qui s'est passé et se passe dans de nombreuses villes du pays.

Yurii Cehniuk poursuit : "Bien sûr, c'est un crime de guerre. Ce sont des maisons d'habitation où vivaient des civils et au moment du bombardement, aucune unité des forces armées n'était là. Aucun soldat n'était présent, ils ont bombardé une ville paisible, y compris avec des bombes à fragmentation interdites qui ont été larguées directement sur cette place, sur le centre-ville."

Des organisations non gouvernementales, telles que Truth Hounds, travaillent également sur le terrain. Leurs membres veulent rester discrets pour des raisons de sécurité. Mais ils expliquent comment ils travaillent.

Nous avons également des témoignages sur les exécutions de civils
"Casanova"
Membre de l'ONG "Truth Hounds"

"Casanova", membre de l'ONG Truth Hounds : "Nous avons interrogé des personnes, dont des proches ont été faits prisonniers, des soi-disant "prisonniers" qui ont subi des tortures et des abus. Nous avons également des témoignages sur les exécutions de civils."

Les preuves recueillies, classées comme confidentielles, sont ensuite cataloguées et envoyées aux autorités nationales et internationales. "Casanova", membre de l'ONG Truth Hounds : "Les preuves sous forme de témoignages sont remises au bureau du procureur général d'Ukraine, avec lequel nous collaborons. les données sont aussi fournies aux Institutions internationales d'enquête. mais cela fait depuis 2014 que nous avons collaboré avec la Cour pénale internationale."

Dans les jours qui ont suivi l'invasion, la CPI a ouvert une enquête pour crimes de guerre après que 39 pays ont soutenu la demande en ce sens de l'Ukraine.