This content is not available in your region

Ligue des champions : Manchester City remporte un premier round titanesque contre le Real Madrid

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Gabriel Jesus , joueur de Manchester City
Gabriel Jesus , joueur de Manchester City   -   Tous droits réservés  Dave Thompson/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Dans la première demi-finale aller de Ligue des champions, Manchester City l'emporte face au Real Madrid et prend une option pour disputer sa deuxième finale consécutive.

Si le 4-3 final est certainement frustrant pour Manchester City, la demi-finale aller de Ligue des Champions contre le Real Madrid, mardi, a accouché d'un match de légende entre deux équipes attaquant à corps perdu.

Manchester City a été bien mal payé de sa prestation pleine d'audace et de détermination offensive, mais c'est parce qu'il s'est fait prendre à son propre piège, rattrapé par un doublé de l'irrésistible Karim Benzema, désormais meilleur buteur du tournoi avec 14 buts.

Au final, ce maigre avantage paraît très flatteur pour Madrid qui a davantage joué à réaction mais qui peut toujours compter sur l'habileté diabolique de ses attaquants, qui lui permettent d'espérer pour le retour à Santiago Bernabeu.

"On n'a rien lâché", a savouré Benzema au micro de Canal+. "Ce sont les grandes équipes, il y a des moments où il faut faire le dos rond, on l'a fait."

Benzema éteint l'Etihad d'une Panenka

Karim Benzema a fait honneur à son 600e match sous le maillot du Real, devenant le premier non-espagnol à atteindre ce cap.

Il a inscrit aussi le troisième but de l'espoir, d'une panenka qui a rendu l'Etihad silencieux pendant une seconde de stupéfaction, sur un penalty à huit minutes de la fin (4-3, 82e).

Jon Super/ AP
Panenka de Karim BenzemaJon Super/ AP

Avec ce nouveau doublé, il est devenu le premier joueur du Real à dépasser les 40 buts sur une saison depuis le départ de Cristiano Ronaldo, en 2018.

Mais la confrontation est encore très indécise à huit jours du retour. Entre le réalisme des Madrilènes et la facilité avec laquelle les Citizens ont trouvé des failles dans leur arrière-garde, tout laisse imaginer un deuxième acte tout aussi prolifique.