This content is not available in your region

Ukraine : Moscou confirme avoir frappé Kyiv en pleine visite du chef de l'ONU

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP, AP
A g. : le sec. général de l'ONU avec le président ukrainien 28/04/2022 // Nettoyage à Kyiv (Ukraine) au lendemain des bombardements, frappé par des bombes, le 28/04/2022
A g. : le sec. général de l'ONU avec le président ukrainien 28/04/2022 // Nettoyage à Kyiv (Ukraine) au lendemain des bombardements, frappé par des bombes, le 28/04/2022   -   Tous droits réservés  AP Photo/Emilio Morenatti

La guerre en Ukraine est entrée ce vendredi dans son 65ème jour

Suivez les derniers événements ici :

29.04.2022
21:01

C'est la fin de ce direct, merci de l'avoir suivi.
Pour d'autres informations sur la guerre en Ukraine, rendez-vous sur l'antenne TV et sur le site d'euronews.
Bonne soirée.

29.04.2022
21:00

Les Etats-Unis ont dit refuser de traiter avec Vladimir Poutine "comme si de rien n'était" après l'invasion russe de l'Ukraine, commentant l'invitation du président russe au sommet du G20 prévu en novembre, tout comme son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky.

"Les Etats-Unis continuent de penser que l'on peut pas faire comme si de rien n'était par rapport à la participation de la Russie au sein de la communauté internationale ou des institutions internationales", a déclaré à la presse la porte-parole adjointe du département d'Etat, Jalina Porter, qui n'a pas dit si les Etats-Unis participeraient ou non au sommet.

29.04.2022
20:46

Les chefs de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian et allemande Annalena Baerbock se sont dits déterminés vendredi à soutenir la Moldavie, ex-république soviétique voisine de l'Ukraine, face aux "risques de déstabilisation" auxquels elle est confrontée.

"Les ministres ont échangé sur la réponse européenne face à la guerre en Ukraine et ont évoqué la poursuite et l'approfondissement de l’appui apporté à ce pays", a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

"Les deux ministres ont également évoqué la situation en Moldavie et leur détermination conjointe à l’appuyer face aux risques de sa déstabilisation", a ajouté Anne-Claire Legendre.

La région séparatiste prorusse de Transdniestrie en Moldavie a été secouée cette semaine par une série d'explosions, laissant craindre un débordement dans ce pays du conflit qui ravage l'Ukraine voisine.

29.04.2022
20:42

Le point sur la situation à 20h30 : 

- Retard russe dans le Donbass, selon le Pentagone

L'offensive russe dans le Donbass, qui progresse "lentement et de façon inégale" en raison de la résistance opposée par l'armée ukrainienne, a pris du retard sur le calendrier prévu, a affirmé ce vendredi un haut responsable du Pentagone.

"Nous pensons qu'ils ont pris du retard sur ce qu'ils espéraient avoir accompli dans le Donbass", a déclaré à la presse ce haut responsable ayant requis l'anonymat.

"Ils ont pris au moins plusieurs jours de retard", a-t-il précisé. "Ils sont loin d'avoir fait la jonction" des troupes entrées par la région de Kharkhiv (est), au nord du Donbass, et celles venues du sud du pays, un des objectifs de l'armée russe pour prendre en tenaille les forces ukrainiennes déployées sur la ligne de front autour des zones séparatistes de Donetsk et Lougansk.

- Moscou confirme une frappe sur Kyiv -

La Russie a confirmé ce vendredi avoir effectué la veille une frappe avec des armes de "haute précision" contre Kiev, en pleine visite du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres.

"Les forces russes ont détruit avec des armes de haute précision de longue portée les ateliers de l'entreprise spatiale Artiom dans la ville de Kyiv", a indiqué le ministère russe de la Défense.

Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian a condamné ces "frappes indiscriminées", et l'Allemagne ces "frappes inhumaines", qui selon le maire de Kyiv, Vitaly Klitschko, ont fait au moins un mort et quatre blessés. Une productrice ukrainienne de Radio Liberty a été tuée, selon cette radio financée par les Etats-Unis.

- Un Américain tué, deux Britanniques "capturés" -

Un Américain, ancien Marine âgé de 22 ans, a été tué en Ukraine où il était parti mi-mars combattre les forces russes, selon des membres de sa famille, le Pentagone exhortant vendredi les ressortissants américains "à ne pas se rendre" dans ce pays.

Deux volontaires britanniques ont été "capturés" par des soldats russes en Ukraine, a affirmé vendredi une organisation à but non lucratif ayant son siège au Royaume-Uni, Presidium Network.

- Evacuation envisagée de civils de Marioupol

Une "opération" d'évacuation des civils terrés dans l'usine d'Azovstal assiégée par les troupes russes à Marioupol (Sud-Est), est "envisagée" pour vendredi, a annoncé la présidence ukrainienne.

Des centaines de militaires et de civils ukrainiens dont des dizaines d'enfants sont bloqués, selon Kyiv, dans cette immense aciérie, avec les derniers combattants ukrainiens de la ville.

- Zelensky et Poutine invités au G20

Le président indonésien Joko Widodo a annoncé ce vendredi avoir invité son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky et confirmé avoir invité le président russe au sommet du G20 à Bali en novembre. Vladimir Poutine a indiqué qu'il y participerait.

- Soldats britanniques en Europe de l'Est

Environ 8 000 soldats britanniques participeront cet été à des exercices en Europe de l'Est aux côtés de soldats de l'Otan, dans une "démonstration de solidarité et de force", selon le ministre britannique de la Défense Ben Wallace.

Des dizaines de chars et 120 véhicules de combat blindés seront déployés de la Finlande à la Macédoine du Nord dans le cadre de ce projet prévu de longue date et renforcé depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février.

- Sites roumains visés par des cyberattaques

Plusieurs sites internet officiels roumains, dont ceux du gouvernement et du ministère de la Défense, ont été victimes ce vendredi de cyberattaques revendiquées par un groupe prorusse, ont annoncé les autorités.

29.04.2022
20:08

L'ambassadrice du Royaume-Uni, Melinda Simmons, a indiqué que la représentation officielle britannique avait réouvert ses portes à Kyiv. 

29.04.2022
18:36

La Russie a indiqué ce vendredi avoir effectué des versements en dollars sur des dettes en dollars, alors que le pays fait l'objet de sanctions occidentales du fait de son offensive en Ukraine, laissant craindre un défaut de paiement.

Le ministère des Finances a indiqué dans un communiqué avoir procédé à des paiements de coupons d'un total de 650 millions de dollars sur deux obligations arrivant à échéance en 2022 et 2042 "dans la devise d'émission des euro-obligations : le dollar américain".

Au début du mois d'avril, Moscou avait tenté de régler en roubles une dette en dollars, le département américain au Trésor ne l'autorisant plus désormais à rembourser sa dette avec des dollars détenus dans des banques américaines.

L'agence de notation financière S&P Global Ratings a en conséquence abaissé la note de la Russie pour ses paiements en devises étrangères au niveau de "défaut de paiement sélectif". La notation pour les paiements en devises étrangères a été abaissée à "SD" (dernier cran avant le "D" pour défaut), tandis que la note est restée à "CC" pour les paiements en roubles.

S&P a dans la foulée indiqué qu'elle cessait ses notations de la Russie, à l'instar des agences Fitch et Moody's.

La gouverneure de la Banque centrale Elvira Nabioullina a assuré ce vendredi devant la presse qu'on "ne peut pas parler de défaut", tout en reconnaissant que Moscou fait face à des "difficultés de paiements".

La Russie a manqué des paiements sur des dettes domestiques en roubles lors de la crise financière de 1998, mais n'a pas fait défaut sur sa dette étrangère depuis 1918 lorsque le leader bolchévique Vladimir Lénine avait refusé de reconnaître la dette héritée du régime tsariste renversé lors de la révolution de 1917.

29.04.2022
17:49

L'armé ukrainienne a indiqué  avoir "reçu de (leurs) partenaires étrangers un complexe de (lance-missiles) S-300 qui a considérablement renforcé la défense antiaérienne dans la région sud".

29.04.2022
17:37

Le Royaume-Uni enverra bientôt une équipe d'experts aider les enquêteurs ukrainiens et internationaux dans leurs investigations sur les atrocités commises depuis l'invasion russe, a annoncé ce vendredi la ministres des Affaires étrangères en visite aux Pays-Bas. 

La ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss est arrivée ce jeudi soir aux Pays-Bas, où elle a rencontré son homologue néerlandais Wopke Hoekstra, avant de visiter vendredi le siège de la CPI, cour créée en 2002 pour juger les pires crimes commis dans le monde. 

"Nous enverrons une équipe britannique de collecte de preuves travailler avec les autorités ukrainiennes travaillant avec la CPI", a déclaré Mme Truss lors d'une réunion avec des hauts responsables de la CPI, dont le siège se situe à La Haye. 

Les enquêteurs se rendront en Ukraine en mai pour recueillir "un large éventail de preuves, de déclarations de témoins, de preuves médico-légales et de preuves vidéo", a-t-elle précisé aux radiodiffuseurs britanniques.

"Nous utilisons également les renseignements britanniques pour aider à montrer les liens entre ce qui se passe sur la ligne de front et les autorités russes, car il est important que tout le monde dans la chaîne de commandement soit tenu pour responsable", a-t-elle ajouté.

Les Pays-Bas ont également annoncé dans un communiqué ce vendredi qu'ils enverraient une équipe d'experts médico-légaux, principalement composée de détectives de la police militaire, qui enquêteront pendant deux semaines dans les environs de Kiev sous la bannière de la CPI.

Les Pays ont aussi annoncé ce vendredi qu'ils allaient rouvrir leur ambassade à Kyiv, emboitant le pas aux nombreux pays qui l'ont déjà fait. 

29.04.2022
16:52

Le président indonésien Joko Widodo a annoncé ce vendredi avoir invité son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky et confirmé avoir convié le président russe Vladimir Poutine au sommet du G20 prévu en novembre en Indonésie.

"J'ai invité le président Zelensky à participer au sommet du G20", a indiqué le leader indonésien, suggérant qu'un compromis avait été trouvé en vue de la réunion prévue à Bali, alors que les membres du groupe sont profondément divisés depuis l'offensive russe en Ukraine.

L'Indonésie, qui préside le G20 cette année, a subi de fortes pressions des Occidentaux, les Etats-Unis en tête, pour exclure la Russie depuis le début de l'invasion de l'Ukraine. 

Mais Jakarta a résisté, arguant que sa position d'hôte l'obligeait à rester "impartiale" et le président américain Joe Biden, notamment, avait suggéré une participation de l'Ukraine pour trouver un équilibre.

Le président ukrainien Volodymyr Zelenski avait indiqué ce mercredi dans un tweet avoir été invité par l'Indonésie au sommet, à l'issue d'une conversation téléphonique avec son homologue indonésien.

Joko Widodo s'est aussi entretenu avec le président russe jeudi. "A cette occasion, le président Poutine a remercié l'Indonésie pour l'invitation au sommet du G20 et a dit qu'il y participerait", a déclaré le président indonésien.

- Doute russe 

Au cours de cette conversation, le maître du Kremlin a souhaité le "succès" de présidence indonésienne au G20 et a assuré que la Russie y contribuerait, a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

Mais "pour l'heure il est prématuré de communiquer les modalités de la participation russe", a-t-il précisé laissant planer le doute sur le format de la participation russe.

Depuis le début de l'offensive militaire russe en Ukraine le 24 février, les Occidentaux cherchent à isoler la Russie sur la scène diplomatique.

29.04.2022
14:52

Moscou a confirmé ce vendredi avoir bombardé Kiev la veille, en pleine visite du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, tandis qu'une opération d'évacuation des civils terrés dans l'usine Azovstal de Marioupol est envisagée.

"Les forces russes ont détruit, avec des armes de haute précision de longue portée, les ateliers de l'entreprise spatiale Artiom" dans la capitale ukrainienne, ainsi que, dans d'autres frappes, "trois centrales électriques situées près de nœuds ferroviaires", notamment à Fastov dans la région de Kiev, a déclaré devant la presse le ministère russe de la Défense

Antonio  Guterres est "choqué" mais "en sécurité", avait peu après souligné un porte-parole de l'ONU.

L'Allemagne et la France ont vivement condamné vendredi ces frappes.

"Cela révèle une fois de plus aux yeux de la communauté internationale que (Vladimir) Poutine et son régime n'ont aucun respect pour le droit international", a réagi le gouvernement allemand.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a pour sa part assuré de sa "pleine solidarité" le peuple ukrainien ainsi que Antonio Guterres et le Premier ministre bulgare Kiril Petkov "qui se trouvaient à proximité" des frappes. 

"Cela en dit long sur la véritable attitude de la Russie envers les institutions internationales, sur les efforts des dirigeants russes pour humilier l'ONU et tout ce que l'organisation représente", avait commenté la veille le chef de l'Etat ukrainien Volodymyr Zelensky.