This content is not available in your region

Réformer l'UE : les propositions citoyennes de la Conférence sur l'avenir de l'Europe

Access to the comments Discussion
Par Sandor Zsiros, Euronews
euronews_icons_loading
La dernière session plénière de la Conférence au Parlement européen.
La dernière session plénière de la Conférence au Parlement européen.   -   Tous droits réservés  Euronews

325 propositions pour réformer l'Union Européenne. C'est le bilan de la Conférence sur l'avenir de l'Europe, une vaste réflexion citoyenne lancée il y a un an, et qui s'est achevée ce samedi par l'approbation des propositions lors d'une dernière session plénière au Parlement européen.

Plusieurs centaines de participants issus des 27 pays membres ont été répartis pour travailler sur 10 thèmes :  changement climatique et environnement ; santé ; une économie plus forte, justice sociale et emploi ; l'UE dans le monde ; valeurs et droits, état de droit et sécurité ; transformation numérique ; démocratie européenne ; migration ; éducation, jeunesse et sport ; autres idées. 

Des propositions de plus de 50 000 participants ont aussi été déposées sur la plateforme en ligne disponible en 24 langues (www.futureu.europa.eu), encore ouverte jusqu'au 9 mai.

"J'étais dans un groupe de travail sur l'économie, la justice sociale et l'emploi. Et je me suis battu pour apporter un point de vue jeune sur ces points très importants que sont le logement et l'obtention d'un premier emploi pour un étudiant", explique Kacper Parol, un participant originaire de Pologne.

Je pense que la démocratie en Europe va changer après cela, nous n'aurons plus seulement une démocratie représentative, nous devrons avoir des citoyens impliqués.
Aoife O'Leary
participante originaire d'Irlande.

Pour ces citoyens délégués, La conférence sur l'avenir de l'Europe ouvre un nouveau chapitre de la démocratie européenne. "Nous avons fait des propositions importantes sur l'éducation, sur la reconnaissance mutuelle des diplômes et sur des standards de niveau d'éducation. Je pense que cela pourrait avoir un impact massif, je pense que la démocratie en Europe va changer après cela, nous n'aurons plus seulement une démocratie représentative, nous devrons avoir des citoyens impliqués", estime Aoife O'Leary, participante venue d'Irlande.

Pour l'eurodéputé belge Guy Verhofstadt, qui était l'un des encadrants de la conférence, le processus décisionnel de l'UE devait être réformé. "L'une des principales propositions est de mettre fin aux droits de veto dans l'Union européenne. Donc d'en finir avec le vote à l'unanimité et les processus de décision qui font qu'on agit trop peu, trop tard avec l'Union européenne", estime l'eurodéputé.

De nombreuses propositions nécessiteraient de modifier les traités européens, ce à quoi s'opposent certains États membres. La Commission européenne assure qu'elle prendra les propositions très au sérieux, comme l'a déclaré Dubravka Šuica, la Vice-président de la Commission : "Je suis sûre que les institutions sont suffisamment sérieuses et que les citoyens nous demanderont des comptes si nous ne faisons rien. Je suis donc certaine que nous assurerons le suivi. Et nous essaierons de faire de notre mieux pour tenir compte des idées, des espoirs et des préoccupations des citoyens."

Un an pile après la cérémonie de lancement à Strasbourg, c'est également au Parlement européen que l'exercice prendra officiellement fin le 9 mai, jour de la fête de l'Europe. Le rapport final, qui devrait peu changer par rapport aux recommandations approuvées samedi, sera remis aux présidents des trois institutions européennes, ainsi qu'au président français Emmanuel Macron. Il faudra ensuite des mois pour voir si ces propositions deviendront réalité ou non.