Cet article n'est pas disponible depuis votre région

L'Inde accablée par une vague de chaleur liée au changement climatique

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Un homme dort sur son rickshaw lors d'une chaude journée d'été à Lucknow, dans l'Uttar Pradesh, jeudi 28 avril 2022.
Un homme dort sur son rickshaw lors d'une chaude journée d'été à Lucknow, dans l'Uttar Pradesh, jeudi 28 avril 2022.   -   Tous droits réservés  Photo : Rajesh Kumar Singh (Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.)

L'Inde continue d'être écrasée par une vague de chaleur record qui a débuté il y a deux mois et que les experts lient au changement climatique.

Les températures ont atteint ce vendredi les 43,5°C dans la mégalopole indienne de New Delhi.

La situation vécue par l'Inde atteste une nouvelle fois de l'urgence climatique à laquelle le pays et plus largement le monde sont confrontés.

"Il fait tellement chaud que les légumes pourrissent. Nous n'avons pas assez d'eau ici. Même lorsque nous arrosons les légumes avec de l'eau, ils pourrissent", témoigne un vendeur.

"J'ai un ventilateur à la maison mais pas d'électricité. Le courant est sans cesse coupé et revient après plusieurs jours. Je n'ai pas non plus d'eau potable à la maison. L'eau est sale et nous rend malades", explique un autre habitant de New Delhi. 

La chaleur affecte la saison des récoltes, qui a commencé inhabituellement tôt cette année.

"À cause de la vague de chaleur, nos cultures ont souffert", souligne Suresh Singh qui est agriculteur. "Avec l'augmentation soudaine de la température, la nappe phréatique a baissé et la grosse chaleur a décimé de moitié le rendement de nos cultures."

L'Inde a enregistré cette année son mois de mars le plus chaud depuis 122 ans. Les scientifiques affirment qu'en raison du changement climatique, les canicules sont plus fréquentes mais aussi plus sévères.

"Calcutta en proie à la plus longue période de sécheresse de ce millénaire"

A Calcutta, dans l'est de l'Inde, après des malaises en série dans les transports en commun, de l'eau sucrée a été distribuée aux passagers.

"Sans pluie depuis plus de 57 jours, Calcutta est en proie à la plus longue période de sécheresse de ce millénaire", affirme Sanjit Bandyopadhyay du Centre météorologique régional.

A cette époque de l'année, dans les régions d'altitude de l'Etat de l'Himachal Pradesh, la pluie, de la grêle et même de la neige tombe normalement mais depuis deux mois, pas une goutte d'eau et les températures battent des records.

Conséquence, des centaines d'incendies ont réduit des forêts de pins en cendres, notamment autour de Dharamsala, la ville où réside le Dalaï Lama.

"La plupart de ces incendies sont des feux de terre qui se propagent dans les forêts de pins, les plus vulnérables aux incendies", explique à l'AFP le chef des forêts de l'État, Ajay Srivastava.

"Des équipes de pompiers travaillent d'arrache-pied pour éteindre ces feux et aussi pour sauver les animaux sauvages", a-t-il ajouté, en précisant que les secours ont dû demander l'aide des riverains.