This content is not available in your region

Vagues de chaleurs en Inde : la vie de millions de personnes en danger

Un homme boit un soda au cours d'une promenade sur les côtes de la mer d'Arabie à Mumbai, Inde (1er mai 2022).
Un homme boit un soda au cours d'une promenade sur les côtes de la mer d'Arabie à Mumbai, Inde (1er mai 2022).   -   Tous droits réservés  Rafiq Maqbool/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved
Par Lottie Limb  & traduit par Ophélie Barbier

Plus d’un milliard de personnes font face à des vagues de chaleur sans précédent en Inde et au Pakistan depuis la semaine dernière. Les météorologues prévoient que les températures atteindront 48 degrés Celsius le long de la frontière entre les deux pays dans les prochains jours, sous un "dôme de chaleur" record pour le mois d'avril.

La fin du printemps génère habituellement les jours les plus chauds de l'année en Inde, avant l'arrivée des pluies de mousson qui rafraîchissent le pays en juin. Mais, depuis le début du mois de mars, la chaleur est bien supérieure à la moyenne en raison du changement climatique. Ces vagues de chaleur mettent en danger des millions de personnes et brûlent des milliers de cultures.

"Les personnes aisées auront des climatiseurs dans leurs maisons et leurs bureaux, mais ici [à New Delhi], des gens comme les jardiniers ou ceux qui travaillent dans des espaces ouverts, comment vont-ils survivre à une telle chaleur ?" s’indignait un jardinier du nom de Prem Kishore à Associated Press au début du mois.

Rajesh Kumar Singh/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.
Un homme se repose sur son rickshaw lors d'une chaude journée d'été à Lucknow, dans l'État d'Uttar Pradesh (avril 2022).Rajesh Kumar Singh/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

Les canicules indiennes, de plus en plus intenses, sont chaque année semblables à un arrêt de mort pour les personnes les plus pauvres du pays. Les conducteurs de rickshaw, les vendeurs de rue, les travailleurs journaliers et les sans-abri sont les plus exposés au risque d'épuisement et aux coups de chaleur. Au moins 2 081 personnes sont mortes en 2015 pendant une canicule dans le pays, la pire depuis 1992.

Lorsqu'une zone de haute pression reste au-dessus de la même région pendant des jours, voire des semaines, cela crée un dôme de chaleur qui piège de l'air chaud en son sein, tel qu’un couvercle sur une casserole. Celui qui s'est formé au-dessus du sous-continent indien fait grimper les températures à plus de 40°C.

Mardi 26 avril, le mercure a atteint 47°C dans la ville pakistanaise de Dadu, ce qui représente la deuxième température la plus élevée de l'hémisphère nord de cette année (à égalité avec le Sénégal). Sur les rives du Gange, il a atteint 41°C à Varanasi, dans l'Uttar Pradesh.

Les météorologues, dont Scott Duncan, affirment que le pire est encore à venir : certaines villes devraient avoisiner les 50 degrés Celsius. "Cette vague de chaleur risque d’avoir un impact sur plus de 10 % de la population totale de la planète", confie-t-il. Pendant les périodes de canicule, l'Inde souffre généralement de graves pénuries d'eau. À cause de ces vagues de chaleur, des dizaines de millions de personnes sont privées d'eau courante.

La canicule indienne va-t-elle épuiser les réserves alimentaires ?

Outre le bilan mortel de ces conditions climatiques extrêmes sur les populations de l'Inde et du Pakistan, l'impact sur l'approvisionnement alimentaire national et mondial suscite des inquiétudes. Les agriculteurs des principaux États indiens producteurs de blé (Haryana, Punjab et Uttar Pradesh) ont vu leurs champs se flétrir sous un soleil de plomb, après un mois de mars exceptionnellement sec.

"La vague de chaleur s'est répandue très rapidement et a fait mûrir les cultures à un rythme plus rapide, ce qui a rétréci la taille des grains et entraîné une baisse des rendements", a déclaré à India Today JDS Gilll, responsable de l'information agricole dans l'État du Pendjab.

Channi Anand/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.
Un agriculteur récolte du blé à la périphérie de Jammu, en Inde (avril 2022).Channi Anand/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

Cette situation survient à un moment où les réserves mondiales de nourriture sont déjà mises à rude épreuve, en raison de l'invasion de l'Ukraine par la Russie - souvent appelée "le grenier de l'Europe" - et d'autres événements liés au changement climatique. Face à cette guerre, le Premier ministre indien Narendra Modi a déclaré au président américain Joe Biden que l'Inde était "prête à fournir des stocks de nourriture au monde". Mais la vague de chaleur sans précédent a jeté le doute sur cette affirmation.

"De nombreux pays comptent sur le blé indien pour compenser les pénuries causées par la guerre en Ukraine. Mais les prix [du blé] vont augmenter et l'impact se fera sentir bien au-delà de l'Inde", a confié à NBC News Harjeet Singh, conseiller au Réseau Action Climat International.