This content is not available in your region

Ukraine : un premier procès pour crime de guerre le 18 mai à Kyiv

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Le soldat de l'armée russe Vadim Chichimarine lors d'une audience au tribunal à Kyiv, en Ukraine, vendredi 13 mai 2022.
Le soldat de l'armée russe Vadim Chichimarine lors d'une audience au tribunal à Kyiv, en Ukraine, vendredi 13 mai 2022.   -   Tous droits réservés  Photo : Efrem Lukatsky (Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.)

Le premier procès pour crime de guerre depuis l'invasion russe de l'Ukraine débutera le 18 mai à Kyiv (Kiev en russe), un jeune soldat russe se trouvant sur le banc des accusés, suspecté d'avoir tué un homme de 62 ans.

L'accusé, Vadim Chichimarine, 21 ans, est arrivé menotté, le crâne rasé, au petit tribunal de district Solomiansky de Kyiv dans un survêtement gris pour l'audience préliminaire vendredi, selon des images diffusées par la télévision ukrainienne.

La date du procès a été fixée "au 18 mai", au même tribunal, a précisé à l'AFP le bureau du parquet.

De quoi est-il accusé ?

M. Chichimarine est accusé d'avoir tiré avec une kalachnikov par la fenêtre à bord d'une voiture dans laquelle il circulait, abattant un civil de 62 ans qui n'était pas armé.

Selon le parquet ukrainien, le soldat russe se déplaçait avec quatre autres militaires après l'attaque de leur convoi le 28 février et ils ont volé une voiture près du village de Choupakhivka, dans la région de Soumy (nord-est). La victime - qui n'a pas été identifiée - circulait à bicyclette sur le bord de la route non loin de son domicile, a ajouté le parquet.

L'avocat de M. Chichimarine a déclaré que son client avait avoué le meurtre d'un homme de 62 ans, sans préciser s'il plaiderait coupable ou pas.

Celui-ci risque un emprisonnement à vie s'il est reconnu coupable de crime de guerre et de meurtre avec préméditation.

Dans une vidéo publiée début mai par les services secrets ukrainiens (SBU), Vadim Chichimarine disait être venu combattre en Ukraine pour "soutenir financièrement sa mère".

Concernant les accusations à son encontre, il expliquait : "J'ai reçu l'ordre de tirer, je lui ai tiré dessus une fois. Il est tombé et nous avons continué notre route".

Le parquet ukrainien avait rendu publique mercredi une photo de l'accusé, sans indiquer les circonstances ayant conduit à son arrestation.