EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Lever ou pas le "opt-out" : le Danemark vote sur son "retrait" vis à vis de la défense européenne

 La Première ministre danoise Mette Frederiksen participe au dernier débat avant le référendum
La Première ministre danoise Mette Frederiksen participe au dernier débat avant le référendum Tous droits réservés Philip Davali/Philip Davali
Tous droits réservés Philip Davali/Philip Davali
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Au Danemark les électeurs sont appelés à se prononcer par référendum sur la levée de l'opt-out : en résumé, mettre fin, ou pas, à une exception qui permettait au Danemark de ne pas participer à la défense européenne. C'était une condition pour permettre la mise en oeuvre du traité de Maastricht,

PUBLICITÉ

Au Danemark les électeurs sont appelés à se prononcer aujourd'hui par référendum sur la levée de l'opt-out : en résumé, mettre fin, ou pas, à une exception qui permettait au Danemark de ne pas participer à la défense européenne. C'était une condition (avec le refus d'adopter l'euro aussi) pour permettre la mise en oeuvre du traité de Maastricht, en 1992.

L'opt-out, ou option de retrait, a permis au Danemark de ne jamais participer à aucune mission militaire de l'UE. 

Mais en pleine guerre Ukraine-Russie, les pays européens cherchent à resserrer leurs liens de défense. Ce vote intervient au lendemain des demandes historiques d'adhésion à l'OTAN de la Finlande et de la Suède voisines.

Selon un dernier sondage le oui l'emporterait à 65 % . Mais la prudence reste de mise du fait de la forte abstention attendue, dans un pays habitué à dire "nej" (non) aux référendums sur l'Europe.

Ce référendum intervient le jour où entrent en vigueur les suspensions de livraisons de gaz russe au Danemark. 

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'UE approuve les missions frontalières à Rafah, réfléchit sur les sanctions contre l'Israël

Nicola Procaccini : "La prochaine Commission sera de centre-droit"

Grand débat électoral avant les européennes : ce qu'en ont pensé les primo-votants