This content is not available in your region

Législatives en France : reportage auprès d'électeurs tentés par le vote Rassemblement national

Access to the comments Discussion
Par Cyril Fourneris
euronews_icons_loading
Scène de vote dans un village du sud-ouest de la France, lors du second tour de l'élection présidentielle le 24/04/2022
Scène de vote dans un village du sud-ouest de la France, lors du second tour de l'élection présidentielle le 24/04/2022   -   Tous droits réservés  Bob Edme/Copyright 2022The Associated Press. All rights reserved

Le Rassemblement national va-t-il confirmer ses récentes percées électorales ? La question se pose à l'approche des élections législatives en France.

A Balagny-sur-Thérain, dans l'Oise, Marine Le Pen a rassemblé 70 % des voix au second tour de l'élection présidentielle.

Ici, le coiffeur est aussi le maire du village. Ses clients et administrés se sentent oubliés par les politiques d'Emmanuel Macron.

Un des clients du salon de coiffure témoigne : "Pourquoi ils ont voté pour lui (Macron) ? Parce que les impôts sur les grandes fortunes, il les a enlevés (silence). Nous on n'a pas de grosse fortune..."

Philippe Maréchal est le maire de Balagny-sur-Thérain. "On aimerait qu'ils (les politiques) se réunissent et qu'ils fassent avancer la vie des citoyens français plutôt que les grosses industries. On se sent petit."

L'Oise, au nord de Paris, fait partie des 30 départements qui ont choisi Marine Le Pen en avril dernier.

La stratégie du RN face à Macron

Mais son parti, le Rassemblement national, ne compte que six députés. Aux législatives, il est traditionnellement pénalisé par le mode de scrutin et l'abstention. 

Alexandre Sabatou est candidat RN aux législatives dans l'Oise. 

"Les gens ne veulent pas laisser les mains libres à Macron cinq ans de plus, dit-il_. Donc je pense qu'on va avoir des surprises au niveau de la participation et qu'on aura une soixantaine voire une centaine d'élus du Rassemblement national cette fois-ci à l'assemblée._"

L'objectif du RN ici, c'est de battre le député sortant, Pascal Bois, du parti présidentiel Renaissance

Lors des débats sur le passe vaccinal, son domicile a été incendié, par un groupuscule qui n'a rien à voir avec le Rassemblement national, précise-t-il. Mais la montée des extrêmes le désole.

"Puisqu'on parle des extrêmes, il y a l'extrême, le RN, pour ne pas le nommer, qui - de toute façon-  le dit à envie : il ne veut pas forcément le pouvoir. S'ils ne veulent pas le pouvoir, qu'est ce que c'est ? C'est de l'obstruction, dans le travail de réformes, dans le travail parlementaire et législatif et surfer sur les inquiétudes, les peurs et rendre totalement notre société anxiogène."

D'après les sondages, le Rassemblement national pourrait obtenir entre 15 et 45 sièges à l’Assemblée nationale. Le parti présidentiel Renaissance reste le grand favori du scrutin, devant l'Union de la gauche "Nupes".