This content is not available in your region

Les Etats-Unis face aux fusillades à répétition

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AP, AFP
euronews_icons_loading
Une fusillade a fait au moins trois morts le 6 juin 2022 à Philadelphie, aux Etats-Unis
Une fusillade a fait au moins trois morts le 6 juin 2022 à Philadelphie, aux Etats-Unis   -   Tous droits réservés  Charles Fox/The Philadelphia Inquirer via AP

Au moins six personnes sont mortes et une dizaine ont été blessées dans la nuit de samedi à dimanche aux Etats-Unis dans deux fusillades : à Philadelphie, dans le nord-est du pays, et à Chattanooga, dans le Tennessee.

Le pays est marqué par une flambée de violences par armes à feu, dont la plus frappante a été celle du 24 mai dernier, dans une école au Texas, où 19 enfants et deux enseignantes avait été tués. 

Depuis, plus d'une vingtaine de fusillades ont eu lieu, selon l'association Gun Violence Archive.

Le président démocrate Joe Biden a appelé jeudi le Congrès à restreindre les ventes de fusils d'assaut. 

Le Président Joe Biden veut restreindre la vente des fusils d'assaut

Un groupe de parlementaires issus des deux grands partis américains travaille sur des réformes mais la tâche s'annonce compliquée car les républicains s'opposent aux mesures destinées à réguler les armes.

Selon un sondage de CBS News, une majorité d'Américains se disent favorables à un durcissement des règles sur la possession d'armes, 81% disant par exemple être pour une vérification des antécédents pour tous les acheteurs potentiels. 

D'après des chiffres de 2020, près de 400 millions d'armes à feu circulent aux Etats-Unis. C'est plus que la population.

Outre la tuerie du Texas, une série de fusillades meurtrières se sont produites récemment. Le 14 mai, un homme blanc se définissant comme "raciste" et "antisémite" a tué dix personnes noires dans un supermarché de Buffalo, à la frontière entre les Etats-Unis et le Canada.

Et quatre personnes ont été tuées lors d'une fusillade dans un hôpital de Tulsa, en Oklahoma. Selon la police, le tireur visait le médecin qui l'avait opéré du dos et qu'il jugeait responsable de ses douleurs.