EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Sergueï Lavrov en Turquie : la "crise du blé" en Ukraine au menu mais aussi la Syrie

Les chefs de la diplomatie turc et russe lors d'une conférence de presse à Moscou, en Russie, le 16 mars 2022
Les chefs de la diplomatie turc et russe lors d'une conférence de presse à Moscou, en Russie, le 16 mars 2022 Tous droits réservés Maxim Shemetov/AP
Tous droits réservés Maxim Shemetov/AP
Par euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le chef de la diplomatie russe se rend mercredi à Ankara. Les discussions porteront sur la guerre en Ukraine mais aussi sur les projets d'offensive turque contre les kurdes syriens

PUBLICITÉ

Ouvrir un corridor pour reprendre les exportations de blé ukrainien, c'est le principal objectif affiché pour la visite du chef de la diplomatie russe à Ankara. Alors que la crise alimentaire menace, Sergueï Lavrov est attendu ce mercredi en Turquie.

Mais le transport de céréales ne sera pas le seul sujet abordé. Les discussions porteront aussi sur les projets d'Ankara de lancer une nouvelle offensive militaire dans le nord de la Syrie pour y déloger les milices kurdes.

"La Turquie a vraiment besoin de la bénédiction de la Russie pour pouvoir mener cette opération" explique Merve Tahiroglu, spécialiste de la Turquie au "Project on Middle East Democracy". 

"Je pense donc qu'ils vont vraiment essayer d'obtenir ce genre de concession de la part de la Russie. Outre la crise alimentaire dont ils vont discuter pour l'Ukraine, je pense que cela va être un sujet de premier plan pour la Turquie.Le président Erdogan a vraiment besoin de cette opération en Syrie pour des raisons de politique intérieure. Car il est en train de perdre du terrain selon tous les sondages d'opinion et il fait face à une élection assez critique, qui pourrait être un couperet", dit-elle.

A un an de l'élection présidentielle, le pays est confronté à une grave crise monétaire. Les autorités turques comptent notamment sur les revenus du tourisme pour soutenir l'économie. Or la Russie est aussi le pays qui fournit le plus gros contingent de touristes au pays.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ankara et Athènes veulent surmonter leurs différends

En Turquie, des élections municipales aux enjeux nationaux

Turquie : au moins vingt-deux migrants sont morts après le naufrage de leur embarcation