This content is not available in your region

Balkans : Un sommet à trois pour favoriser l'intégration dans l'UE

Access to the comments Discussion
Par Margaux Racaniere
euronews_icons_loading
Le président serbe Aleksandar Vucic, le premier ministre albanais Edi Rama et le Premier ministre macédonien Dimitar Kovachevski.
Le président serbe Aleksandar Vucic, le premier ministre albanais Edi Rama et le Premier ministre macédonien Dimitar Kovachevski.   -   Tous droits réservés  Darko Vojinovic/AP

Le Sommet "Open Balkans" s'est ouvert récemment**à Ohrid, en Macédoine du nord. Un mini-sommet à trois entre la Serbie, l'Albanie et la Macédoine du Nord, à deux semaines d'un sommet plus décisif consacré à l'intégration de ces pays dans l'Union européenne.**

La guerre avec la Russie a mis un coup d'accélérateur à la demande d'adhésion de l'Ukraine. 

Un phénomène qui ne doit pas éclipser les Balkans, a tenu à rappeler le premier ministre de la Macédoine du Nord Dimitar Kovacevski :"Notre ligne politique est claire et unique. Les Balkans occidentaux doivent intégrer l'Union européenne", a-t-il affirmé. "La guerre en Ukraine génère un risque que des tierces parties exercent une influence accrue dans la région. Laisser un fossé géostratégique dans cette partie de l'Europe n'est pas une option."

Dans une interview accordée à Euronews en 2021, le Premier ministre slovène estimait que l'UE pourrait perdre la compétition dans les Balkans face aux investissements chinois, russes et turcs.

Une intégration à pas de tortue

Des négociations ont commencé avec la Serbie, tandis que la Macédoine du Nord et l'Albanie n'ont que le statut de candidates à l'intégration. Mais même pour la Serbie, candidate depuis 2009, les discussions dureront au moins jusqu'en 2025, d'après la Commission européenne.

Le sommet "Open Balkans" vise également à renforcer les relations économiques entre les trois pays, une manière de se rendre plus attractifs aux yeux de l'Union européenne.

Olivér Várhelyi, commissaire européen à l'élargissement et présent au sommet, estime qu'il s'agit d'un bon signal pour l'élargissement : "Si nous faisons les choses comme il faut, cela va accélérer l'intégration économique dans la région et cela devrait accélérer l'intégration de la région dans l'Union européenne."

Dans le cadre de la présidence française du conseil de l'UE, Emmanuel Macron a proposé la création d'une communauté politique européenne plus large. Une manière de maintenir fermées plus longtemps les portes de l'Union européenne.