This content is not available in your region

L'OTAN estime qu'il faut livrer plus d'armes à l'Ukraine

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Réunion entre dirigeants européens membres de l'OTAN à La Haye, aux Pays-Bas, le mardi 14 juin 2022.
Réunion entre dirigeants européens membres de l'OTAN à La Haye, aux Pays-Bas, le mardi 14 juin 2022.   -   Tous droits réservés  Patrick Post/Copyright 2022 The Associated Press. All rights resreved.

Livraison d’armes à l’Ukraine et renforcement de la frontière orientale de l’OTAN étaient au centre des discussions, ce mardi, à La Haye, où le secrétaire général de l’Alliance Jens Stoltenberg s’est entretenu avec le Premier ministre néerlandais Mark Rutte et plusieurs autres dirigeants européens.

Ces thèmes seront également abordés lors de deux réunions prévues ce mercredi à Bruxelles : celle des ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’OTAN et celle du Groupe de contact pour l’Ukraine, créé par le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin.

"Nous avons discuté de la nécessité d'une présence plus solide et prête au combat, a déclaré Jens Stoltenberg. Le niveau de préparation doit être encore plus élevé, nous devons être plus équipés. Nous avons également abordé la nécessité d'investir davantage dans notre défense et d'investir davantage ensemble pour renforcer le financement commun de l'OTAN."

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a quant à lui insisté sur la nécessité d’aider l’Ukraine : "Je vous demande de faire beaucoup plus pour livrer des armes, de l'artillerie à l'Ukraine. Ils en ont besoin pour défendre leur pays, pour défendre leur intégrité territoriale et leur souveraineté. Où est notre crédibilité si l'Ukraine échoue ? Pouvons-nous imaginer que l'Ukraine échoue et que nous revenions au statu quo ? J'espère que non."

De son côté, le président français Emmanuel Macron est venu manifester son soutien aux 500 soldats français déployés en Roumanie depuis l'invasion russe en Ukraine. Il se rend ce mercredi en Moldavie avant une éventuelle visite à Kyiv, pas encore confirmée par l'Elysée.