This content is not available in your region

VivaTech : la grand-messe de l'innovation revient à Paris grandeur nature

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Un robot à VivaTech 2017
Un robot à VivaTech 2017   -   Tous droits réservés  Thibault Camus/Copyright 2017 The Associated Press. All rights reserved.

Viva Technology, présenté comme le plus gros salon tech d’Europe, est de retour au Parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris. Un évènement grandeur nature après deux années de contraintes liées au Covid-19.

Quelque 2000 exposants dont 1800 startups ont fait le déplacement pour présenter des innovations, qui "servent à quelque chose", insistent les organisateurs. En effet, parmi les thématiques choisies cette année, la neutralité carbone, la mobilité, l’avenir du travail, l’inclusion... Et plus globalement le renforcement de l’écosystème tech en Europe.

Le salon intervient en effet après une année euphorique pour les start-ups européennes, qui ont pulvérisé les records de levées de fonds en 2021. Plus de 100 milliards d'euros ont été levés sur l’année, près de trois fois plus qu’en 2020.

"Ce chiffre a été multiplié par plus de 10 sur les 15 dernières années", rappelle même Florian Hugonnet, chargé de coordination au bureau France du groupe Banque Européenne d’investissement. "C’est un secteur qui pourrait aujourd’hui être un relai de croissance, qui pourrait dynamiser aussi l’écosystème et créer des emplois", explique le membre de cette institution publique chargée de catalyser les investissements dans les jeunes pousses européennes.

Un début d'année moins exceptionnel

Mais voilà, la première moitié de l'année 2022 est moins radieux : les investissements reviennent à la normale dans les start-ups, les valeurs techs baissent le marché des cryptomonnaies est en baisse... L'occasion pour Binance France se solidifier ses positions et de clarifier le cadre légal de ses activités. La branche française du leader mondial des échanges de cryptos compte créer 250 emplois cette année dans son nouveau siège parisien, qui fera office de hub européen du groupe. 

C'est aussi une opportunité pour les entreprises de retrouver du sens, estime Michaël Trabbia, CTO d'Orange, qui assure que "dans la durée, on a besoin de tech". "J'invite toutes les entreprises de la tech à se poser cette question : 'comment est-ce que je contribue, notamment à l’objectif environnemental ?'", poursuit Michaël Trabbia, qui accompagne nombre de jeunes entreprises via l'OrangeLab et s'affaire à connecter plusieurs pays européens à la 5G.

"Less is more", c’est aussi le virage qu'a pris le constructeur français Renault, qui se prépare à la fin des moteurs thermiques dans l’UE. La marque a fait appel au célèbre compositeur français Jean-Michel Jarre pour revoir l’identité sonore de ses voitures électriques.

"On a trop longtemps notamment en France et en Europe, séparé la technologie de l’écologie. On ne survivra que si nous arrivons à répondre aux problèmes environnementaux par la technologie. La technologie n’est pas un problème pour l’environnement mais plutôt une solution", a glissé le génie de l'électro à Euronews.

Parmi les autres invités de marques cette année, Vitalik Buterin, fondateur de la crypto Ethereum, Changpeng Zhao, patron de la plate-forme Binance, ou encore Evan Spiegel, confondateur de Snap Inc. Environ 100 000 personnes sont attendues à VivaTech jusqu’à samedi, seul jour ouvert au public.