EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Hong Kong : anniversaire de la rétrocession en présence du N°1 chinois

Le nouveau chef de l'exécutif de Hong Kong, John Lee (à g.) prête serment, en présence du président chinois Xi Jinping (à dr.) - Hong Kong, le 01/07/2022
Le nouveau chef de l'exécutif de Hong Kong, John Lee (à g.) prête serment, en présence du président chinois Xi Jinping (à dr.) - Hong Kong, le 01/07/2022 Tous droits réservés Selim Chtayti/AP
Tous droits réservés Selim Chtayti/AP
Par euronews avec AFP, AP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le nouveau chef de l'exécutif de Hong Kong a été investi, en présence du président chinois Xi Jinping. Cette prestation de serment coïncidait avec le 25ème anniversaire de la rétrocession de Hong-Kong à Pékin.

PUBLICITÉ

Le nouveau chef de l'exécutif de Hong Kong a été investi, en présence du président chinois Xi Jinping. Cette prestation de serment coïncidait avec le 25ème anniversaire de la rétrocession de Hong-Kong à Pékin.

Le président chinois était en visite à Hong Kong ce vendredi. Xi Jinping a assisté à la prestation de serment du nouvel exécutif local.Le territoire semi-autonome est désormais dirigé par John Lee.

Cette cérémonie d'investiture coïncide avec le 25ème anniversaire de la rétrocession de Hong-Kong à Pékin.

La présence du N°1 chinois à cette cérémonie illustre d'ailleurs bien la mainmise de Pékin sur Hong-Kong.

Dans son discours, le président chinois a estimé qu'"après la réunification avec la mère patrie, les habitants de Hong Kong (étaient) devenus les maîtres de leur propre ville".

"La vraie démocratie à Hong-Kong a commencé à ce moment-là", a ajouté Xi Jinping.

Répression des mouvements pro-démocratie

Pendant plusieurs années, les habitants de Hong Kong a pu profiter de libertés, politiques notamment. Mais depuis 2019, les autorités ont serré la vis, réprimant toute contestation. Les manifestations pro-démocratie sont interdites.

Le Royaume-Uni, ancienne puissance coloniale, s'en inquiète.

"Nous n'abandonnons pas Hong Kong", a ainsi assuré  Boris Johnson, Premier ministre britannique. "Il y a vingt-cinq ans, nous avons fait une promesse au territoire et à son peuple et nous avons l'intention de la tenir : n__ous veillons à ce que la Chine respecte ses engagements, afin que Hong Kong soit à nouveau géré par le peuple de Hong Kong et pour le peuple de Hong Kong".

Les cérémonies organisées ce vendredi se sont déroulées en comité réduit, en l'absence de public, officiellement pour des raisons sanitaires.

Cette visite du président chinois constitue son premier déplacement hors de Chine continentale depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Université de Hong Kong déboulonne des statues à la mémoire de Tiananmen

Hong Kong dit adieu au dernier quotidien pro-démocratie, l'Apple Daily

Vladimir Poutine salue le chiffre d'affaires record des échanges commerciaux entre la Russie et la Chine