This content is not available in your region

Crise politique au Royaume-Uni : Boris Johnson encore Premier ministre, mais jusqu'à quand?

Access to the comments Discussion
Par Julien Pavy  avec AFP
euronews_icons_loading
Boris Johnson devant le 10 Downing Street
Boris Johnson devant le 10 Downing Street   -   Tous droits réservés  Frank Augstein/AP

Un ballet de nouveau ministres a défilé au 10 Downing Street après l'avalanche de départs au sein du gouvernement britannique qui a poussé Boris Johnson a quitter la tête du Parti conservateur.

Démission imminente ?

Il s'agit de la première étape avant son départ du poste de Premier ministre. Car, Bojo n'a pas l'intention de quitter le pouvoir avant que son successeur ne soit désigné, même si dans l'opposition, comme dans son propre camp, de nombreuses voix réclament sa démission immédiate. Selon un sondage YouGov, une majorité de Britanniques y serait également favorable.

Pour ce Londonien, le mandat de Boris Johnson n'a que trop duré : "L'opinion publique ne veut pas que son intelligence soit insultée sans cesse par des affaires et des excuses ridicules [...] Plus vite, Johnson aura quitté le gouvernement, mieux ce sera, vraiment".

D'autres plaident pour des élections, comme cette femme : "Les Tories sont évidemment en train de manœuvrer pour voir qui va remplacer Boris Johnson, c'est assez divertissant. Mais je préférerais qu'il y ait des élections pour qu'on puisse se débarrasser d'eux complètement."

L'opinion publique ne veut pas que son intelligence soit insultée sans cesse par des affaires et des excuses ridicules.
Un Londonien

Qui pour remplacer Boris Johnson ?

Cette crise politique au Royaume-Uni intervient dans une période délicate avec la guerre en Ukraine, mais aussi les tensions post-Brexit entre Londres et l'Union européenne autour du protocole nord-irlandais.

Pour John Kampfner, directeur du think tank "Chatham house", le changement de Premier ministre pourrait cependant avoir un effet limité : "Les Européens seront soulagés par le départ imminent de Johnson mais, en même temps, ils sont dubitatifs. Ils ont vu la liste des candidats conservateurs en lice pour le remplacer, ils ont vu l'ensemble de l'agenda politique, les débats toujours plus vifs autour du protocole nord irlandais. S'il y a une amélioration dans les relations, elle sera très lente."

Les Européens seront soulagés par le départ imminent de Johnson.
John Kampfner
Directeur du think tank "Chatham house"

Qui prendra la succession de Boris Johnson ? Les paris sont lancés au Royaume-Uni. Une première candidature officielle a été enregistrée, celle du député Tom Tugendhat, président de la commission des Affaires étrangères au Parlement. Mais des favoris semblent se dégager, dont le ministre de la Défense Ben Wallace ou encore Penny Mordaunt, secrétaire d’État au Commerce extérieur et figure de la campagne pour le Brexit.