This content is not available in your region

Est de l'Ukraine : au moins 15 civils tués dans une frappe sur un immeuble

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Des secouristes passent au crible les décombres après le bombardement d'un immeuble à Tchassiv Yar (Donbass), le 10 juillet 2022.
Des secouristes passent au crible les décombres après le bombardement d'un immeuble à Tchassiv Yar (Donbass), le 10 juillet 2022.   -   Tous droits réservés  Nariman El-Mofty/The Associated Press.

Les forces russes continuent à pilonner l'Est de l'Ukraine. Une frappe aérienne a fait au moins 15 morts en touchant un immeuble d'habitation à Tchassiv Yar, dans la région de Donetsk. 

L'attaque s'est produite dans la nuit dans cette petite ville de quelques 12 000 habitants. Selon les secours, 24 personnes se trouvent encore sous les décombres, dont un enfant. Cinq autres ont été sauvées de sous les gravas.

L'immeuble a été touché par un missile russe Ouragan, a précisé sur Telegram Pavlo Kyrylenko, gouverneur de la région de Donetsk - que l'armée russe ambitionne de conquérir. "J'étais dans la chambre à coucher, je suis sortie et tout a commencé à trembler, à s'effondrer. Ce qui m'a sauvée, c'est l'onde de l'explosion qui m'a propulsée, en sang, dans les toilettes", a témoigné une habitante interrogée par l'AFP, refusant de donner son nom.

Selon Pavlo  Kyrylenko, au moins 591 civils ont été tués et 1 548 autres blessés à ce jour dans la région de Donetsk depuis le début de l'invasion russe le 24 février. Vendredi, il avait déclaré que Moscou préparait "de nouvelles actions" dans l'Est.

L'armée russe, qui a annoncé début juillet avoir pris le contrôle de la région de Lougansk, vise maintenant celle de Donetsk pour occuper l'ensemble du bassin minier du Donbass. Celui-ci est partiellement contrôlé depuis 2014 par des séparatistes soutenus par Moscou après l'annexion russe de la péninsule ukrainienne de Crimée.

"Les frappes brutales de l'artillerie russe ne s'arrêtent pas un jour, Sloviansk, Bakhmout, Avdiivka...", a condamné samedi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky, réclamant encore des armes "modernes et puissantes" pour se défendre.

"Objectifs civils"

Volodymyr Zelensky a aussi accusé Moscou de frapper "délibérément, intentionnellement, de simples maisons, des objectifs civils, des gens. Il y a des victimes, morts, blessés".

Plusieurs responsables ukrainiens ont également accusé les forces russes de provoquer avec leurs tirs des incendies dans les champs pour détruire les récoltes. L'état-major de l'armée ukrainienne a rapporté samedi, comme la veille, de nombreux bombardements russes mais quasiment pas d'assauts terrestres des forces de Moscou.

Kiev a de son côté assuré avoir visé deux "points de commandement" et dépôts russes dans la région de Tchornobaïvka (Sud).

A Kharkiv (Nord-Est), deuxième ville du pays, le gouverneur Oleg Synegoubov a fait état sur Telegram de nouveaux tirs de missile qui ont touché un "établissement d'enseignement" et une maison et fait un blessé. D'autres frappes russes sont rapportées notamment près de Siversk et Sloviansk (Est) ainsi que dans la région de Mykolaïv (Sud).

L'"ambassadeur" à Moscou de la république séparatiste de Lougansk, Rodion Mirotchnik, a déclaré dimanche matin sur Telegram que, dans la région de Donetsk, une offensive a été "lancée contre Siversk depuis le nord" et la localité de Grygorivka a été "capturée après des combats". D'après lui, les troupes "continuent de mener des opérations militaires pour libérer Serebrianka", autre localité de la région. 

Selon le porte-parole du ministère de la Défense, Igor Konashenkov, l'armée russe a également tué près de 100 soldats ukrainien à Sloviansk, en touchant une usine où étaient stockées des armes et des munitions.