This content is not available in your region

Les dirigeants européens s'activent pour diversifier leur approvisionnement énergétique

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
gazoduc
gazoduc   -   Tous droits réservés  Michael Probst/The Associated Press

Face à la baisse des livraisons du gaz russe, l’Union européenne cherche à diversifier son approvisionnement énergétique.

En visite à Bakou, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé ce lundi un accord avec l'Azerbaïdjan pour doubler "en quelques années" les importations de gaz de l'Union européenne.

"L'Union européenne est ici afin de diversifier son approvisionnement, en s'éloignant notamment de la Russie et en se tournant vers des partenaires plus fiables et dignes de confiance. Je suis donc heureuse de compter l'Azerbaïdjan parmi eux. Vous êtes en effet un partenaire énergétique crucial et vous avez toujours été fiable", a expliqué Ursula von der Leyen. 

Les dirigeants européens s’activent aussi de leur côté. C’est le cas de Premier ministre italien Mario Draghi qui a entamé une visite en Algérie. L’objectif est la signature de plusieurs accords, notamment sur la fourniture de gaz. 

Pendant ce temps, Emmanuel Macron a reçu le président des Émirats, pour discuter notamment de l'importation de carburants dans un contexte de hausse des prix du pétrole.

La maintenance de Nord Stream 1 inquiète

Alors que les pays européens s'efforcent de remplir leurs réserves pour l'hiver, l'arrêt de Nord Stream 1 inquiète de plus en plus.

"La question est surtout de savoir si Nord Stream 1, qui est un gazoduc très important pour l'Allemagne, reprendra son activité après la maintenance du 11 au 21 juillet. Il est donc très important d'avoir une réponse à cette question et, jusqu'à présent, les signaux ne sont pas particulièrement bons", explique Anne-Sophie Corbeau, chercheuse au Centre global de politique de l’énergie, à l’université Columbia.

Avec ses deux gazoducs, Nord Stream 1, achemine une grande quantité du gaz à l'Allemagne ainsi qu'à plusieurs autres pays européens.

Avant l'arrêt de Nord Stream, la Russie avait déjà fortement réduit les livraisons ces dernières semaines en les justifiant par le manque de turbines Siemens.