Sur long terme, l'Europe compte sur le gaz azerbaïdjanais

Une raffinerie.
Une raffinerie. Tous droits réservés @canva
Tous droits réservés @canva
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

En attendant la mise en oeuvre de son vaste plan de décarbonation de son économie, l'Union européenne compte plus que jamais sur le gaz de l'Azerbaïdjan.

PUBLICITÉ

Dans leur quête de diversification de leurs importations de gaz depuis l'invasion russe de l'Ukraine, les Européens se sont tournés vers l'Azerbaïdjan, puissance gazière et pétrolière. 

Vendredi, les représentants de 23 pays, dont l'Italie, la Grèce, la Roumanie, la Hongrie et la Bulgarie, se sont réunis au sein du conseil du Corridor gazier sud pour discuter de la capacité d'expansion de ces approvisionnements.

L'Azerbaïdjan a déjà commencé à fournir du gaz naturel à deux pays supplémentaires, la Hongrie et la Serbie, alors que Bakou cherche à respecter son engagement envers l'Union européenne de doubler ses exportations de gaz vers l'Europe pour les porter à 20 milliards de mètres cubes par an d'ici 2027.

11 milliards de mètres cube

Présente à la réunion, la commissaire européenne à l'énergie, Kadri Simson, a déclaré que « les flux de gaz vers l'Europe en provenance du corridor gazier sud sont 46 % plus élevés qu'en 2021. En 2023, l'UE a reçu près de 11 milliards de mètres cubes d'approvisionnement en gaz stable et sécurisé en provenance d'Azerbaïdjan ».

Elle a ajouté que l'Azerbaïdjan était en train de devenir un fournisseur paneuropéen et que l'UE travaillait avec l'Azerbaïdjan pour « accroître davantage ces volumes ensemble ». 

Et Kadri Simson de préciser : « Nous espérons que le gazoduc azerbaïdjanais jouera un rôle important dans le système énergétique européen pendant notre transition énergétique. Face à l’augmentation de la violence russe et à la poursuite d’une guerre injustifiée à nos portes, il est de plus en plus clair que, pour l’Europe, il n’y aura pas de retour au statu quo dans ses relations énergétiques avec la Russie.»

De son côté, le président de l'Azerbaïdjan a justifié la démarche de son pays. 

« Nous faisons cela non pas parce que nous manquons de ressources traditionnelles, mais parce que nous voulons contribuer en utilisant le financement, en utilisant les revenus que nous tirons des ventes de pétrole et de gaz pour investir dans les énergies renouvelables et créer, une compréhension commune », a déclaré Ilham Aliyev.

A noter que l’Azerbaïdjan sera le prochain hôte de la conférence de l’ONU sur le climat. La COP29 se tiendra en effet à Bakou du 11 au 22 novembre.

Un accord contesté par les députés européens

Cet accord gazier entre l'UE et l'Azerbaïdjan a fait grincer des dents au Parlement européen surtout après l’offensive de l’Azerbaïdjan dans le Haut-Karabakh qui a conduit, l'automne dernier, à l’exode de plus de 100 000 Arméniens de cette enclave historique. Le Parlement européen a ainsi adopté en octobre, à une large majorité, un texte réclamant la « suspension » de cet accord gazier et a appelé à des «sanctions ciblées» contre l’Etat azerbaïdjanais.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les dirigeants européens s'activent pour diversifier leur approvisionnement énergétique

Les dirigeants de l'UE se mobilisent contre l'attaque de l'Iran contre Israël

La Moldavie prend de nouvelles mesures contre l'ingérence russe à l'approche du référendum sur l'UE