Ukraine : la sécurité nucléaire en question, frappes à proximité de la centrale de Zaporijjia

AP Photo
AP Photo Tous droits réservés Kostiantyn Liberov/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Kostiantyn Liberov/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Zaporijjia est la plus grande centrale nucléaire d'Europe et, selon Kiev, si elle était touchée son explosion serait équivalente à celle d'une bombe atomique.

PUBLICITÉ

En Ukraine, l'artillerie russe cible les petites agglomérations autour des grandes villes de la région de Lougansk et Donetsk sans parvenir à en prendre le contrôle.

De son côté, Kiev accuse les Russes d'avoir bombardé une zone à proximité immédiate de la centrale nucléaire de Zaporijjia.

Zaporijjia est la plus grande centrale nucléaire d'Europe et, selon Kiev, si elle était touchée son explosion serait équivalente à celle d'une bombe atomique. La Russie rejette toute responsabilité dans les frappes et accuse de Kiev de "terrorisme nucléaire."

Selon l'Institut américaine pour l'étude de la guerre ISW, les forces russes ont par ailleurs commencé à se regrouper dans en direction du sud et de la Crimée pour faire face à la menace d'une contre-offensive ukrainienne. Reprendre la ville de Kherson et repousser les Russes au-delà du Dniepr serait pour l'Ukraine une victoire importante cruciale.

Un peu plus au sud, Vladimir Poutine a reçu à Sotchi son homologue turc Recep Tayyip Erdogan. Selon Vladimir Poutine, les Européens doivent être "reconnaissants envers la Turquie qui assure le transit ininterrompu du gaz russe". La rencontre de Sotchi a permis au chef du Kremlin d'entailler légèrement l'isolement diplomatique de la Russie. 

Les relations entre Moscou et l'Union européenne se sont dégradées davantage encore ce vendredi l'expulsion par la Russie de 14 diplomates bulgares. Moscou explique qu'il s'agit d'une réponse à la décision de Sofia de fermer un consulat russe et de déclarer persona non grata 70 employés d'institutions russes à l'étranger.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Londres et Copenhague promettent une nouvelle aide pour l'Ukraine

Référendum en préparation à Zaporijjia, occupée par la Russie

Guerre en Ukraine : les troupes russes gagnent du terrain