EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Ukraine : rencontre Zelensky-Erdogan-Guterres, inquiétudes sur la centrale de Zaporijjia

Les présidents ukrainien Volodymyr Zelensky et turc Recep Tayyip Erdogan et le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, à Lviv en Ukraiine, le 18 août 2022
Les présidents ukrainien Volodymyr Zelensky et turc Recep Tayyip Erdogan et le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, à Lviv en Ukraiine, le 18 août 2022 Tous droits réservés P Photo/Evgeniy Maloletka
Tous droits réservés P Photo/Evgeniy Maloletka
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, le président turc Recep Tayyip Erdogan et le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres se sont entretenus ce jeudi à Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine.

PUBLICITÉ

Les présidents ukrainien Volodymyr Zelensky et turc Recep Tayyip Erdogan et le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres se sont retrouvés jeudi à Lviv pour discuter du récent accord sur l'exportation des céréales ukrainiennes, et de la sécurité de la centrale nucléaire de Zaporijjia, dont le sort inquiète le monde.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé le soutien d'Ankara à Kiev et s'est alarmé du risque d'une catastrophe de centrale nucléaire lors sa première visite en Ukraine depuis l'invasion russe.

"Alors qu'on poursuit nos efforts pour une solution, nous avons été et continuons à être du côté de nos amis ukrainiens", a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse commune avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky et le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres à l'issue de leur rencontre à Lviv

"Nous sommes inquiets. Nous ne voulons pas vivre un nouveau Tchernobyl", a aussi déclaré le chef de l'Etat turc en référence à la centrale nucléaire de Zaporijjia, occupée par la Russie.

M. Erdogan a précisé que la question de l'échange de prisonniers entre l'Ukraine et la Russie a aussi été débattue lors du sommet.

Le secrétaire général des Nations unies avait, lui, averti que tout dégât porté à la centrale nucléaire de Zaporijjia en Ukraine serait un "suicide", alors que Kyiv et Moscou s'accusent mutuellement de bombarder le site.

"Démilitariser" la centrale de Zaporijjia

"Nous devons le dire tel que c'est : tout dégât potentiel à Zaporijjia serait un suicide", a déclaré M. Guterres lors de sa visite à Lviv, en appelant une nouvelle fois à "démilitariser" la centrale, occupée par l'armée russe. Se disant "gravement préoccupé" par la situation dans la plus grande centrale nucléaire d'Europe, il a appelé à ne pas l'utiliser "pour quelque opération militaire que ce soit".

"Un accord est nécessaire de toute urgence pour rétablir Zaporijjia en tant qu'infrastructure purement civile et pour assurer la sécurité de la région", a encore dit M. Guterres.

Pas de paix avec la Russie avant le retrait des troupes pour Zelensky

De son côté, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exclu toute négociation de paix avec Moscou sans le retrait préalable des troupes russes du territoire de l'Ukraine.

"Des gens qui tuent, violent, frappent nos villes civiles avec des missiles de croisière chaque jour ne peuvent pas vouloir la paix. Ils devraient d'abord quitter notre territoire, ensuite on verra", a déclaré Volodymyr Zelensky lors de la conférence de presse organisée à Lviv, ajoutant "ne pas faire confiance à la Russie".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Russie poursuit son offensive dans le nord-est de l'Ukraine

L'Ukraine plongée dans l'obscurité alors que la Russie s'attaque au réseau électrique

No Comment : évacuations au nord de Kharkiv, Zelensky visite les blessés à l'hôpital