This content is not available in your region

Royaume-Uni : Boris Johnson s'en va, Liz Truss arrive à Downing Street

Access to the comments Discussion
Par Etienne Paponaud
euronews_icons_loading
Liz Truss prend ses fonctions de nouvelle Première ministre du Royaume-Uni mardi 06 septembre.
Liz Truss prend ses fonctions de nouvelle Première ministre du Royaume-Uni mardi 06 septembre.   -   Tous droits réservés  Kirsty Wigglesworth/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Boris Johnson va officiellement présenter mardi sa démission à la reine Elizabeth, qui demandera alors à Liz Truss de former un gouvernement, dans une période particulièrement difficile pour le Royaume-Uni confronté à une crise économique et sociale historique.

Exit le héros du Brexit: après trois ans et 44 jours, à peine plus que Theresa May qu'il avait remplacée en 2019, Boris Johnson quitte ce qu'il avait qualifié de "meilleur job au monde", après une série de scandales ayant déclenché des dizaines de démissions dans son entourage proche début juillet. Il était le quatorzième Premier ministre de la souveraine de 96 ans. Depuis sa démission forcée en juillet, il était resté gérer les affaires courantes à Downing Street, le temps de désigner son successeur. La passation de pouvoir a lieu à Balmoral, résidence d'été de la monarque, et non au palais de Buckingham à Londres comme c'est la tradition, en raison des problèmes de mobilité de la reine.

En direct | Dernière déclaration publique de Boris Johnson en tant que Premier ministre britannique

"Bojo" va officiellement laisser sa place à Liz Truss qui lui succède ce mardi au 10 Downing Street

Posted by Euronews en français on Monday, September 5, 2022

Elue par 57% des quelque 142.000 membres votants du parti conservateur, contre 43% à son rival l'ancien ministre des Finances Rishi Sunak, Mme Truss, 47 ans, jusqu'à présent ministre des Affaires étrangères, doit ensuite rentrer à Londres pour s'adresser aux Britanniques dans l'après-midi. Elle a promis lundi de gouverner "comme une conservatrice", et s'est engagée à mettre en place "un plan audacieux pour réduire les impôts et faire croître notre économie". Sous pression pour aider des millions de Britanniques confrontés à des factures d'énergie qui grimpent de manière astronomique, elle a aussi promis de s'attaquer "à la crise énergétique en (s)'occupant des factures d'énergie des gens, mais aussi en (s')occupant des difficultés à long terme d'approvisionnement en énergie".

Troisième femme à entrer à Downing Street après Margaret Thatcher (1979-1990) et Theresa May (2016-2019), l'annonce de son gouvernement mardi sera un premier test pour Mme Truss, qui a fait campagne très à droite.

Son ministre des Finances devrait être Kwasi Kwarteng, 47 ans, jusqu'à présent secrétaire à l'Energie, partisan comme Mme Truss d'un Etat plus modeste et d'une économie plus déréglementée. Suella Braverman, 42 ans, jusqu'à présent conseillère juridique du gouvernement, et initialement candidate au poste de Premier ministre, est pressentie au ministère de l'Intérieur. Très à droite, elle héritera du dossier des milliers de migrants illégaux arrivant sur les côtes britanniques, que celle qui la précédait voulait envoyer au Rwanda. James Cleverly, 53 ans, ministre de l'Education après avoir été secrétaire d'Etat aux affaires européennes, devrait passer aux Affaires étrangères. Ben Wallace resterait au ministère de la Défense. M. Kwarteng est d'origine ghanéenne, Mme Braverman d'origine indienne, et la mère de M. Cleverly était originaire du Sierra Leone, une diversité inédite à ces postes clés.

De premières annonces pour essayer d'endiguer la crise économique sont attendues d'ici à la fin de la semaine. Après s'y être opposée durant la majeure partie de sa campagne, Liz Truss pourrait annoncer un gel du prix de l'énergie, aux contours encore flous, pour venir en aide aux ménages et entreprises, selon les médias britanniques.

Unir le parti

Mme Truss, qui prône des baisses d'impôts controversées pour relancer la croissance, et un gouvernement resserré, aura fort à faire pour rassembler derrière elle un parti conservateur divisé, au pouvoir depuis 12 ans. De nombreux députés lui auraient préféré Rishi Sunak, plus nuancé et jugé plus à même de gérer la crise. Les appels à l'unité se sont multipliés, menés par le Premier ministre sortant Boris Johnson qui a demandé aux conservateurs de "la soutenir à 100%".

"L'ennemi c'est Keir Starmer", le chef de l'opposition travailliste, soulignait un député, d'autant que les sondages donnent les travaillistes largement gagnants aux prochaines législatives, prévues au plus tard en janvier 2025. Lors de l'annonce de sa victoire, Mme Truss a rendu hommage à son "ami". "Boris, tu as réussi le Brexit, tu as écrasé Jeremy Corbyn (ancien leader travailliste) tu as déployé le vaccin (anti-Covid) et tu as tenu tête à Vladimir Poutine" après l'invasion de l'Ukraine, a-t-elle énuméré. Après avoir quitté Downing Street, Boris Johnson reste député. A ce jour il n'a rien dit de ses intentions futures.