This content is not available in your region

Elizabeth II : la reine, les chevaux, et le ballon rond

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AP
euronews_icons_loading
La reine Elizabeth II rencontre le "roi" Pelé, au stade Maracana, au Brésil, en 1968.
La reine Elizabeth II rencontre le "roi" Pelé, au stade Maracana, au Brésil, en 1968.   -   Tous droits réservés  AP

À 21 ans, la princesse Elizabeth est une spectatrice assidue du Derby d'Epsom. Accompagnant ses parents, le roi George VI et la reine Elizabeth, la jeune princesse royale assiste à la victoire de Pearl Diver dans cette course prestigieuse.

Elle n'était pas là uniquement par devoir - les courses hippiques ont été une passion de toute une vie. Ainsi, Royal Ascot est devenu un rendez-vous presque permanent dans son agenda, un événement qu'elle appréciait en tant que jeune princesse, jusqu'à la fin de son règne de reine.

"La reine était très impliquée dans les courses hippiques en tant qu'éleveuse et propriétaire de chevaux, mais aussi en tant que propriétaire d'un hippodrome puisque celui d'Ascot appartient à la Couronne. Mais elle était avant tout une fan de courses. Elle adorait ce sport et, de par sa position, elle y était aussi très impliquée", explique Lee Mottershead, rédacteur principal au Racing Post, un quotidien britannique sur les courses de chevaux.

Dès son enfance, Elizabeth a eu une affinité avec les chevaux. On raconte qu'elle s'est assise pour la première fois sur un cheval à l'âge de trois ans.

"Elle était très impliquée parce que sa famille l'était aussi, mais ce n'était pas une passion forcée. On raconte qu'en 1942, son père, le roi George VI, possédait alors deux chevaux de course exceptionnellement bons, Big Game et Sun Chariot. La reine et sa sœur, la princesse Margaret, ont été autorisées à rendre visite aux chevaux, entraînés par l'entraîneur Fred Darling. Elle a caressé Big Game et a tellement apprécié l'expérience qu'elle a dit qu'elle ne s'était pas lavé les mains pendant des heures après, tellement elle avait aimé ça", raconte Mottershead.

Après la mort de son père, la reine Elizabeth n'a pas seulement hérité de la couronne - elle a aussi hérité des chevaux et même des chevaux de course d'Ascot.

Sa famille était déjà propriétaire et éleveuse de pur-sang. Elizabeth a poursuivi cette tradition et a enregistré un certain nombre de victoires.

Elle a remporté tous les classiques à l'exception d'Epsom, et a eu 24 victoires à Ascot. En 2013, son cheval Estimate a remporté la Gold Cup à Royal Ascot.

Les modes ont changé au fil des décennies, mais l'amour de la reine pour ce sport n'a jamais faibli. C'est à Royal Ascot qu'elle était le plus étroitement associée. Malgré son statut royal, elle était considérée comme faisant partie de la communauté des courses.

"La grande joie des amateurs de courses était de voir la reine sur un hippodrome dans son état le plus naturel, car elle était avant tout une fan de courses. Elle était comme eux, elle était aussi très accessible. Elle était l'une des leurs. Elle était une fan de courses dans l'âme", explique le rédacteur du Racing Post.

Pendant des décennies, la reine Elizabeth II a été un soutien, une protectrice et une figure de proue des courses hippiques britanniques.

Le "roi" Pelé et le succès anglais de 1966

En 1968, le légendaire stade Maracana a accueilli une "rencontre royale", lorsque la reine Elizabeth II s'y est rendue avec son mari, le prince Philip, et a rencontré Pelé, surnommé "le roi du football".

Le grand footballeur s'est souvenu de cette rencontre en rendant hommage à la monarque après son décès à l'âge de 96 ans le 8 septembre.

Il a fait part sur Twitter de son admiration pour la reine depuis qu'il l'a rencontrée en personne en 1968, lors de sa visite du stade de Rio de Janeiro.

"Ses actes ont marqué des générations", a écrit Pelé. "Cet héritage sera éternel".

Deux ans plus tôt, la reine Elizabeth II avait remis au capitaine Bobby Moore le trophée Jules Rimet après la victoire de l'Angleterre sur l'Allemagne en finale de la Coupe du monde de football.

Les hommages du monde du sport ont afflué à la suite du décès de Sa Majesté la reine.