La tempête Fiona s’abat sur la côte est du Canada

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AP
Le passage de Fiona sur la côte Atlantique du Canada a causé de nombreux dégâts. Sydney en Nouvelle-Ecosse le 24 septembre.
Le passage de Fiona sur la côte Atlantique du Canada a causé de nombreux dégâts. Sydney en Nouvelle-Ecosse le 24 septembre.   -   Tous droits réservés  Vaughan Merchant/AP

Maisons emportées par l’océan, toits arrachés, foyers privés d’électricité… Les dommages étaient nombreux samedi dans les provinces de Nouvelle-Ecosse, Terre-Neuve-et-Labrador et de l’Île du Prince Edouard, lorsque la tempête post-tropicale a frappé le Canada.

Des vagues océaniques ont déferlé sur la ville de Channel-Port-aux-Basques, sur la côte sud de Terre-Neuve, où des structures entières ont été emportées par la mer. Le maire Brian Button déclare samedi sur les médias sociaux que les gens étaient en train d'être évacués vers les hauteurs alors que les vents abattaient les lignes électriques. "Nous avons déjà eu des maisons qui ont été emportées par les eaux", déclare-t-il. Toute personne encore présente chez elle dans la commune a été invitée à quitter les lieux.

"Je vois des maisons dans l'océan. Je vois des décombres qui flottent partout. C'est une destruction complète et totale. Il y a un appartement qui a disparu, qui n'est littéralement que des décombres", décrit René J. Roy, résident de Channel-Port-aux-Basques et rédacteur en chef de Wreckhouse Press. Entre huit et douze maisons auraient été emportées en mer.

Jolene Garland, porte-parole de la Gendarmerie royale du Canada à Terre-Neuve-et-Labrador, indique qu'une femme est saine et sauve après avoir été "projetée dans l'eau lorsque sa maison s'est effondrée" dans la région de Channel-Port-aux-Basques. Selon elle, les autorités ont reçu le signalement d'une autre femme qui aurait été emportée du sous-sol, mais que les conditions de tempête sont trop dangereuses pour effectuer des recherches. La Gendarmerie royale du Canada indique que la ville de 4 000 habitants est en état d'urgence, les autorités devant faire face à de multiples incendies d'origine électrique et à des inondations résidentielles.

Le ministre fédéral de la Protection civile, Bill Blair, s’attend à ce que les Forces armées canadiennes participent aux opérations d’urgence, notamment en déplaçant la population, en aidant à la mise en place d'abris et en participant à l'enlèvement des débris, en plus des opérations de sauvetage, le cas échéant. "Ils sont en train de se déplacer", a déclaré M. Blair. "Les dégâts sont très importants. Nous avons vu que des maisons, des centres communautaires, des immeubles d'habitation, des routes, des ponts ont tous été touchés."

M. Blair a également indiqué que les dégâts sont très importants à l'aéroport de Sydney, en Nouvelle-Écosse, et dans d'autres aéroports, dont celui d'Halifax, mais que les dégâts sont plus mineurs dans le plus grand aéroport de la Nouvelle-Écosse.

Darren Calabrese/The Canadian Press
La ville d'Halifax, en Nouvelle-Ecosse, frappée par la tempête Fiona.Darren Calabrese/The Canadian Press

Plus de 415 000 clients de Nova Scotia Power - soit environ 80 % du million d'habitants de la province - ont été touchés par des pannes d'électricitésamedi matin. Plus de 82 000 clients de la province de l'Île-du-Prince-Édouard, soit environ 95 %, étaient également privés d'électricité, tandis qu'Énergie NB, au Nouveau-Brunswick, a signalé que 44 329 clients étaient privés d'électricité.

L'ouragan Fiona, qui se déplace rapidement, a touché terre en Nouvelle-Écosse avant l'aube samedi, avec une puissance réduite par rapport à la catégorie 4 qu'il avait tôt vendredi lorsqu'il est passé près des Bermudes, bien que les autorités de cette région n'aient signalé aucun dommage grave.

Le Centre canadien des ouragans a indiqué sur Twitter, tôt samedi, que Fiona avait la pression la plus basse jamais enregistrée pour une tempête touchant terre au Canada. Les prévisionnistes avaient prévenu qu'il pourrait s'agir de l'une des tempêtes les plus puissantes à frapper le pays.