Hongrie : ces enseignants qui défient Viktor Orban et appellent à la désobéissance civile

Access to the comments Discussion
Par Adam Magyar
Des enseignants hongrois en grève dans le centre de Budapest
Des enseignants hongrois en grève dans le centre de Budapest   -   Tous droits réservés  Euronews

Une chaîne humaine dans les rues de Budapest.Enseignants parents et élèves côte à côte pour dénoncer un système scolaire hongrois cadenassé par le pouvoir. Gel des salaires, pénurie d'enseignants, remise en cause du droit de grève, mauvaises conditions de travail ou encore absence d'autonomie des écoles, la liste des griefs est longue et la colère gronde. Dans la ligne de mire des manifestants grévistes : le Premier ministre Viktor Orban. En Hongrie, le salaire mensuel moyen d'un professeur est de moins de 600 euros.

"Nous manifestons pour que les enseignants ne soient pas surchargés, pour qu'ils puissent utiliser des supports pédagogiques modernes et pertinents, pour qu'ils soient libres de choisir leurs manuels. S'ils expriment un problème dont ils veulent discuter, que la réponse ne soit pas d'être viré, mais de s'asseoir et d'en discuter" explique une manifestante.

Licencié pour avoir manifesté ou osé réclamer une hausse des salaires, c'est le sort réservé dorénavant aux enseignants. Malgré cette menace, ils appellent à la désobéissance civile. Entre 2014 et 2019, le nombre de postes non pourvus en Hongrie est passé de 7000 à 35000. Un chiffre qui n'étonne pas cette enseignante: 

"_Deux tiers de mes camarades d'université n'ont même pas commencé à enseigner, c'est le taux que nous constatons. Et ceux qui ont osé se lancer dans l'enseignement ont tous pris un deuxième ou un troisième boulot._L'enseignement c'est plus ou moins un passe-temps pour eux, je pense. Et ce qui retient ceux qui sont ici, c'est simplement l'amour des étudiants et le fait qu'il n'y a pas de meilleur travail au monde. Si seulement nous étions payés équitablement, cela aiderait" explique Csenge Szilvási.

Le mouvement "Teach Now affirme" que 947 enseignants de 83 écoles participent à la désobéissance civile.

Depuis plusieurs années les syndicats enseignants hongrois réclament une amélioration de leurs rémunération. Au sein des 27 pays de l’Union Européenne, la Hongrie est le 26e pays sur 27, derrière la Bulgarie, pour la rémunération des enseignant-es.