L'hiver s'annonce froid en Europe, sous l'influence de la Niña

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
La Niña survient pour la troisième année d'affilée et a des conséquences très variables selon la zone géographique.
La Niña survient pour la troisième année d'affilée et a des conséquences très variables selon la zone géographique.   -   Tous droits réservés  LUIS ROBAYO/AFP or licensors

C'est un phénomène climatique méconnu du grand public qui a pourtant des conséquences très concrètes sur son mode de vie. La Niña a pour origine une anomalie thermique des eaux équatoriales de surface de l’océan Pacifique, avec des répercussions sur le cycle des précipitations et le climat de certaines régions du globe. Et notamment des vagues de froid importantes, comme cela pourrait être le cas en Europe cet hiver.

"Alors que la température augmente partout sur le globe, l'Asie centrale restera froide pour l'instant. Dès que nous commencerons à avoir des vents d'est, cet air sibérien se déplacera sur l'Europe et fera chuter la température - c'est le risque auquel nous sommes confrontés surtout au début de l'hiver", explique Carlo Buontempo, directeur du service des changements climatiques Copernicus.

Alors que la température augmente partout dans le monde, l'impact de la Niñase fait sentir de différentes manières a travers la planète. En Australie, on a par exemple enregistré des records de pluie ces derniers jours dans la région de Sydney. A l'inverse la cote ouest américaine connaît une importante sécheresse.

Normalement active tous les 2 à 7 ans, la Niña se manifeste pour la troisième année d"affilée.

"Nous allons voir ces extrêmes, ces extrêmes vont s'aggraver certainement au cours de notre vie, nous allons devoir nous attendre à ce que les choses deviennent considérablement plus sévères...", détaille Dave Throup, expert météo britannique.

La Niña intervient dans un contexte très difficile pour s'approvisionner en gaz ou en électricité. En cas d'hiver très froid, des pénuries ne sont pas à exclure en Europe. Et des gestes aussi simples que préparer une tasse de thé pourrait désormais coûter bien plus cher.

"Nous avons traversé la guerre et le rationnement et nous traverserons cet hiver. Mais je pense que pour les 6/8/9 prochains mois, ça va être très difficile...", s'inquiète Eileen O'keefe, habitante de Londres. 

Alors que se passera-t-il dans les semaines qui arrivent ? Pour l'instant impossible de le savoir avec certitude. Mais les premières données suggèrent une forte probabilité d'un hiver extrêmement froid.