Burkina Faso : le putschiste Ibrahim Traoré, président de transition jusqu'en 2024

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP, AP
Le capitaine Ibrahim Traoré, chef de la junte au pouvoir au Burkina Faso - -Ouagadougou, le 08/10/2022
Le capitaine Ibrahim Traoré, chef de la junte au pouvoir au Burkina Faso - -Ouagadougou, le 08/10/2022   -   Tous droits réservés  ISSOUF SANOGO/AFP or licensors
  • Au Burkina Faso, le capitaine Ibrahim Traoré a été désigné ce vendredi "à l'unanimité" président de la transition jusqu'à la tenue d'élections en juillet 2024.
  • C'est lui qui a conduit le putsch il y a deux semaines.

Le capitaine Ibrahim Traoré, qui a pris le pouvoir il y a deux semaines lors d'un putsch au Burkina Faso, le deuxième en huit mois, a été désigné vendredi "à l'unanimité" président de transition jusqu'à une élection présidentielle prévue en juillet 2024 dans ce pays en proie à la violence djihadiste.

Le capitaine Traoré a été désigné par des assises nationales rassemblant quelque 300 représentants de l'armée et la police, des organisations coutumières et religieuses, de la société civile, des syndicats, des partis et des déplacés internes victimes des attaques djihadistes qui frappent le Burkina depuis 2015.

Les assises ont également adopté l'article 4 de cette charte qui souligne que "le mandat du président de la transition prend fin avec l'investiture du président issu de l'élection présidentielle" prévue en 2024. Cet article précise que "le président de la transition n'est pas éligible aux élections présidentielle, législatives et municipales qui seront organisées pour mettre fin à la transition".

Le putsch du 30 septembre

Ibrahim Traoré est arrivé au pouvoir à la faveur d'un putsch le 30 septembre.

Officiellement désigné président peu après sa prise de pouvoir, le capitaine Traoré, 34 ans, avait assuré qu'il ne ferait qu'expédier "les affaires courantes" jusqu'à la désignation d'un nouveau président de transition civil ou militaire par des "assises nationales".

Mais depuis le 30 septembre, il n'a cessé de bénéficier du soutien de la rue.

Vendredi encore, plusieurs centaines de personnes ont manifesté près du Centre de conférence où se tenaient les assises, en brandissant son portrait et en criant son nom, d'autres agitant des drapeaux russes, burkinabè et maliens.

Dans plusieurs pays d'Afrique francophone, Moscou jouit d'un soutien populaire grandissant quand la France, ex-puissance coloniale, y est de plus en plus vilipendée, en particulier au Mali, pays voisin du Burkina également dirigé par des militaires putschistes depuis 2020.