Bélarus : arrivée des premiers soldats russes du nouveau "groupement militaire" conjoint

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
Des véhicules de l'armée bélarusse défilent,  vendredi 8 mai 2020
Des véhicules de l'armée bélarusse défilent, vendredi 8 mai 2020   -   Tous droits réservés  AP

Les sirènes anti-bombardement retentissent à nouveau ce samedi matin sur la place Maïdan à Kiev. La capitale ukrainienne est en état d'alerte depuis plusieurs jours.

La Russie avait effectué de nombreux tirs de missiles cette semaine, en représailles à l'explosion qui a en partie détruit le pont russe de Crimée, de grande importance stratégique.

Ce vendredi en conférence de presse , le président russe Vladimir Poutine s'est montré satisfait des frappes massives qui ont touché des infrastructures essentielles, mais aussi des parcs et des habitations.

Le dirigeant russe a également jugé que de nouveaux bombardements d'ampleur sur les villes ukrainiennes n'étaient pas nécessaires "pour l'instant".

La tension monte entre le Bélarus et Kyiv

Les premiers soldats russes du nouveau groupement militaire entre Moscou et Minsk sont arrivés au Bélarus, ont indiqué samedi les autorités bélarusses, après l'annonce cette semaine de la création de cette force censée défendre les frontières du pays face à une menace ukrainienne.

"Les premiers trains de soldats russes composant le groupement militaire régional sont arrivés au Bélarus", a déclaré le ministère bélarusse de la Défense dans un communiqué, sans préciser le nombre de militaires russes déployés dans ce cadre.

Le ministère a publié des images de trains et de camions militaires, ainsi que des soldats russes accueillis par des femmes en tenues folkloriques tenant du pain et du sel, une tradition d'hospitalité slave.

Le président bélarusse Alexandre Loukachenko a accusé lundi la Pologne, la Lituanie et l'Ukraine de préparer des attaques "terroristes" et un "soulèvement" au Bélarus, et annoncé le déploiement de ce groupement militaire régional.

Interrogé vendredi sur la taille de cette nouvelle force, il a indiqué que l'armée bélarusse et ses "environ 70.000 personnes" sera la "base" du groupement. Il n'a pas précisé combien de soldats russes en feraient partie.

"Il n'est pas nécessaire de demander maintenant 10.000 ou 15.000 personnes à la Russie, parce qu'il y a d'autres problèmes là-bas, ceux que vous savez", a affirmé M. Loukachenko à la télévision russe.

Le Bélarus assure que cette force sera uniquement défensive et vise à sécuriser sa frontière.

Mais le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé mardi Moscou de vouloir "entraîner le Bélarus dans la guerre" et a réclamé auprès du G7 une mission d'observation internationale à la frontière entre l'Ukraine et le Bélarus.

Le Bélarus, allié de la Russie, a déjà servi de base arrière aux troupes russes pour leur offensive contre l'Ukraine, mais l'armée bélarusse ne participe pas jusqu'ici aux combats sur le territoire ukrainien.

Minsk dément vouloir envoyer son armée combattre en Ukraine aux côtés des Russes.