Les manifestations en Iran déclenchent des rassemblements de solidarité aux États-Unis et en Europe

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AP
Rassemblement de soutien aux manifestants en Iran, dans la rue depuis la mort de Mahsa Amini mi-septembre, le 22 octobre 2022
Rassemblement de soutien aux manifestants en Iran, dans la rue depuis la mort de Mahsa Amini mi-septembre, le 22 octobre 2022   -   Tous droits réservés  Richard Vogel/Copyright 2022 The AP. All rights reserved.

Des foules ont défilé samedi dans les rues de Berlin, Washington et Los Angeles pour témoigner du soutien international aux manifestants confrontés à une violente répression gouvernementale en Iran, déclenchée par la mort de Mahsa Amini, 22 ans, détenue par la police des mœurs du pays.

Sur le National Mall américain, des milliers de femmes et d'hommes de tous âges - portant du vert, du blanc et du rouge, les couleurs du drapeau iranien - scandent en rythme. "Ayez peur. Ayez peur. Nous ne faisons qu'un dans tout ça", ont crié les manifestants, avant de se diriger vers la Maison Blanche. "Dites son nom ! Mahsa !"

Les manifestations, organisées par des organisateurs de base de tous les États-Unis, ont attiré des Iraniens de toute la région de Washington D.C., certains ayant fait le voyage depuis Toronto pour se joindre à la foule.

À Los Angeles, où vit la plus grande population d'Iraniens en dehors du pays, une foule de manifestants a formé une procession lente le long de blocs d'une rue fermée du centre-ville. Ils ont scandé la chute du gouvernement iranien et ont agité des centaines de drapeaux iraniens qui ont transformé l'horizon en une vague ondulante de rouge, blanc et vert.

"Nous voulons la liberté"

Shooka Scharm, une avocate née aux États-Unis après que ses parents ont fui la révolution iranienne, portait un T-shirt avec le slogan "Femmes, vie, liberté" en anglais et en farsi. En Iran, "les femmes sont comme des citoyennes de seconde classe et elles en ont assez", a déclaré Mme Scharm.

Le mouvement de protestation antigouvernemental iranien s'est d'abord concentré sur le hijab obligatoire pour les femmes après la mort d'Amiri le 16 septembre. Les manifestations se sont depuis transformées en la plus grande contestation de la République islamique depuis le Mouvement vert de 2009, qui avait été déclenché par des élections contestées. Samedi, à Téhéran, d'autres manifestations antigouvernementales ont eu lieu dans plusieurs universités.

Les forces de sécurité iraniennes ont dispersé des rassemblements dans ce pays à l'aide de balles réelles et de gaz lacrymogènes, tuant plus de 200 personnes, dont des adolescentes, selon des groupes de défense des droits.

L'administration Biden a déclaré qu'elle condamnait la brutalité et la répression à l'encontre des citoyens iraniens et qu'elle chercherait des moyens d'imposer davantage de sanctions au gouvernement iranien si la violence se poursuit.

Entre les chants, les manifestants de Washington se sont mis à chanter des chansons traditionnelles persanes sur la vie et la liberté, toutes écrites après la révolution de 1979 qui a amené les fondamentalistes religieux au pouvoir en Iran. Ils en ont chanté une en particulier à l'unisson, "Baraye", qui signifie "à cause de", et qui est devenue l'hymne non officiel des manifestations en Iran. L'artiste de cette chanson, Shervin Hajipour, a été arrêté peu après avoir posté la chanson sur son Instagram fin septembre. Elle a accumulé plus de 40 millions de vues. "À cause des femmes, de la vie, de la liberté", chantaient les manifestants, faisant écho à un chant populaire de protestation : "Azadi" - Liberté.

Le mouvement en Iran est ancré dans les mêmes problèmes qu'aux États-Unis et dans le monde entier, a déclaré la manifestante Samin Aayanifard, 28 ans, qui a quitté l'Iran il y a trois ans. "Le hijab est imposé en Iran et ici, en Amérique, après 50 ans, le corps des femmes est sous contrôle", a déclaré Samin Aayanifard, qui a fait la route depuis East Lansing, dans le Michigan, pour rejoindre la marche de Washington. Elle a fait référence aux reculs des lois sur l'avortement aux États-Unis. "Il s'agit du contrôle du corps des femmes".

Depuis plusieurs semaines, les rassemblements de solidarité organisés samedi dans la capitale américaine attirent des foules de plus en plus nombreuses.

A Berlin, une foule estimée par la police allemande à plusieurs dizaines de milliers de personnes est venue manifester sa solidarité avec les femmes et les militants qui mènent le mouvement depuis quelques semaines en Iran. Les manifestations dans la capitale allemande, organisées par le Woman(asterisk) Life Freedom Collective, ont commencé à la colonne de la Victoire dans le parc Tiergarten de Berlin et se sont poursuivies par une marche dans le centre de Berlin.

Certains manifestants ont déclaré qu'ils étaient venus d'ailleurs en Allemagne et d'autres pays européens pour montrer leur soutien. "Il est si important pour nous d'être ici, d'être la voix du peuple d'Iran, qui est tué dans les rues", a déclaré Shakib Lolo, qui est originaire d'Iran mais vit aux Pays-Bas. "Et ce n'est plus une protestation, c'est une révolution, en Iran. Et les gens du monde entier doivent la voir".