PUBLICITÉ

L'avenir incertain de Twitter version Elon Musk

Le siège social de Twitter à San Francisco, vendredi 28 octobre 2022.
Le siège social de Twitter à San Francisco, vendredi 28 octobre 2022. Tous droits réservés Godofredo A. Vasquez/AP
Tous droits réservés Godofredo A. Vasquez/AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La reprise en main du réseau social par le patron fantasque de Tesla et SpaceX inquiète

PUBLICITÉ

Après la reprise en main d'Elon Musk, une nouvelle ère incertaine s'est ouverte pour Twitter. Beaucoup s'inquiètent des intentions de ce nouveau patron, grand amateur de provocations. Lui a tenté de rassurer en annonçant la formation prochaine d'un "conseil de modération des contenus avec des points de vue très divers".

"En Europe, l'oiseau volera selon nos règles européennes", a averti de son côté Thierry Breton, le commissaire européen au Marché intérieur met en garde Twitter sur la réglementation de l'UE obligeant les réseaux sociaux à modérer leurs contenus.

Car Elon Musk se présente en défenseur absolu de la liberté d'expression. Certains s'en réjouissent, beaucoup d'autres craignent un regain d'abus.

"Il y a eu des problèmes sur Twitter et nous le savons tous. Donc j'espère juste qu'il apportera les changements et fera en sorte que la liberté d'expression soit la règle", estime cette Californienne.

"S'il ne permet pas le contrôle des conversations pour limiter les discours haineux et les choses de ce genre, alors je pense que cela pourrait être pire pour les gens et créer un environnement politique plus clivant. C'est ce qui m'inquiète", réagit cet autre.

General Motors suspend sa pub

Elon Musk a déjà ouvert la porte à un retour de Donald Trump sur le réseau social. L'ancien président en avait été exclu après avoir soutenu ses partisans qui ont pris part à l'assaut du Capitole en janvier 2021

Parmi les réactions les plus retentissantes figurent celle de General Motors. Le constructeur automobile, concurrent de Tesla, a indiqué qu'il arrêtait temporairement de payer des publicités sur le réseau social.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le président américain a qualifié le Japon et l'Inde de nations "xénophobes"

La police déloge des étudiants propalestiniens de l'université de Columbia

Antisémitisme : la police américaine intervient sur des campus