PUBLICITÉ

L'Ukraine craint de perdre le réseau Starlink

Archives : terminal Starlink dans la région de Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, le 29 spetembre 2022
Archives : terminal Starlink dans la région de Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, le 29 spetembre 2022 Tous droits réservés YASUYOSHI CHIBA / AFP
Tous droits réservés YASUYOSHI CHIBA / AFP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les déclarations d'Elon Musk font craindre aux Ukrainiens de perdre le réseau Starlink alors que ses terminaux Internet permettent en partie d'unifier l'action des soldats de Kyiv

PUBLICITÉ

En Ukraine, au moins une personne a été tuée dans le bombardement sur la ville de Mykolaev, à l'Ouest de Kherson. Cette nouvelle vague de bombardements russe intervient au moment où l'armée ukrainienne s'inquiète du risque de perdre le réseau internet Starlink.

Le mois dernier, Elon Musk s'est publiquement interrogé sur la nécessité de continuer à fournir gratuitement à l'Ukraine le service Internet par satellite de sa société proposé par sa société SpaceX.

L'Ukraine possède environ 20 0000 terminaux Starlink qui permettent en partie à l'armée d'unifier son action. Privée du réseau satellite, les communications de l'armée ukrainienne seraient bien plus difficiles.

Roman Omelchenko, major de l'armée ukrainienne : "Avec cet outil, bous n'avez besoin de rien : vous l'installez, vous l'allumez, vous le connectez - et c'est tout. La connexion fonctionne...Internet, la transmission de données. Si nous le perdons, ce sera un coup dur pour nos communications."

De son côté, le Kremlin accuse le Royaume-Uni d'être complice des explosions qui ont détruit une partie des gazoducs Nord Stram 1 et 2 en mer Baltique.

Le porte-parole du Kremlin assure que la Russie dispose de preuves.

Dmitry Peskov, porte-parole du Kremlin : "Il existe des preuves que la Grande-Bretagne est impliquées dans cet acte de sabotage, en d'autres termes dans cette attaque terroriste, contre une infrastructure énergétique vitale qui n'est pas russe - il est très important de prendre cela en compte - Ce genre de chose ne peut être laissé sans réponse. "

Ailleurs, sur le terrain en Ukraine, les sirènes anti-aériennes ont à nouveau retenti à Kiev et les autorités ukrainiennes rapportent des attaques de drones dans les régions de Poltava, Dnipropetrovsk, dans le centre pays, et de missiles sur plusieurs autres localité.

En tout, cinq civils ukrainiens ont été tués en l'espace de 24 heures.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre en Ukraine : la situation au 1er novembre, cartes à l'appui

De nouvelles frappes russes sur Kharkiv, situation "extrêmement difficile" autour de Donetsk

Ukraine : pas d'avancée russe majeure selon l'OTAN, Poutine dit ne pas vouloir s'emparer de Kharkiv