Equateur : 15 policiers et militaires blessés lors d'une nouvelle mutinerie

Militaires envoyés pour calmer les émeutes
Militaires envoyés pour calmer les émeutes Tous droits réservés Dolores Ochoa/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Quinze policiers et militaires ont été blessés jeudi au cours d’une nouvelle mutinerie dans une prison en Équateur, où l’état d’urgence a été décrété dans deux provinces après une vague de violences meurtrières imputées au trafic de drogue.

PUBLICITÉ

Environ 1 300 policiers sont entrés dans la prison de Guayas ce jeudi.. Les forces de l'ordre ont été la cible de tirs d'armes à feu et de jets d'engins explosifs pendant leur intervention à l'intérieur de l'établissement pénitentiaire 

"Il a été possible de transférer les détenus restants à la prison régionale numéro quatre, il a été possible d'avoir le contrôle du pavillon.", explique Guillermo Rodríguez, Chef des services pénitentiaires

Des soldats blessés ont été transportés hors de son enceinte par leurs compagnons d'armes jusque dans des postes de secours.

Une semaine de violences

L'attaque a eu lieu dans un contexte de tension. Mardi six personnes, dont cinq policiers, avaient péri dans une série d’attaques à l’explosif et à l’arme à feu contre des postes de police, des stations-services et un hôpital de Guayaquil, métropole de 2,8 millions d’habitants et capitale économique du pays. Le lendemain, deux détenus étaient morts et six autres avaient été blessés dans des violences dans cette même prison.

Selon les autorités, ces incidents ont été provoqués par le transfèrement, entamé mardi, vers d’autres établissements de 1 400 détenus de la prison Guayas afin d’y réduire la surpopulation. L'état d'urgence a été décrété dans 2 provinces du pays.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’Équateur a dit adieu à Fernando Villavicencio

L'usage récréatif du gaz hilarant interdit au Royaume-Uni

En Equateur, un riche homme d'affaires remporte la présidentielle devant les corréistes