En Savoie, la station de ski de Bessans ouvre... grâce à de la neige de l'an dernier

on stocke la neige à Bessans
on stocke la neige à Bessans Tous droits réservés AFP
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le snowfarming permet de stocker de la neige de l'année précédente en la compactant sous une couche de sciure. La station de Bessans a offert aux biathlètes français et aux passionnés de ski une piste le 5 novembre.

PUBLICITÉ

Les quelques chutes de neige récentes ont-elles permis à la station de Bessans, en Savoie, d'ouvrir pour la saison de ski ? Pas du tout. Ici en Maurienne, la station a ouvert ce week-end grâce à de la neige, de l'an dernier. Comment est-ce possible après l'été caniculaire ? 

Jeanne, membre de l'équipe de France espoir de biathlon, profite de la neige compactée qui a passé plusieurs mois sous une épaisse couche de sciure, un "sarcophage" qui limite sa fonte. 

"Ce n’est pas de la bonne neige fraîche qui vient de tomber la veille, s'exclame la skieuse, mais ce n’est pas du tout gênant, on a des conditions qui changent tout au long de l’année donc on s’adapte. Et puis on est tellement heureux de pouvoir skier début novembre !"

13 000 m2 stockés à l'ombre d'une montagne, seuls 17% ont été perdus à cause de la canicule. C'est la cinquième année que Bessans, à 1.700 mètres d'altitude, a recours au snowfarming.

"C’est une neige qui nécessite une attention particulière quasiment douze mois sur douze parce qu’on l’a stockée durant l’hiver précédent, explique Laurent Vidal, directeur de la station. On l’a modelée, on lui a donné une forme d’andain, et puis ensuite maintenant qu’elle est étalée sur la piste, on la dame au quotidien, on essaie de ramasser tous ces blocs de neige pour vraiment optimiser le manteau neigeux et qu’il reste sur place ici jusqu’à l’hiver et les chutes de neige naturelle".

La neige hivernale n'est utilisée que par une poignée de stations en France mais davantage à l'étranger. Stocker l'or blanc ne fait pas l'unanimité en ces temps de crise climatique, mais le maire s'en défend :

"On est tout à fait conscient qu’aujourd’hui le monde de la montagne a une responsabilité et le monde du ski a une responsabilité à jouer, reconnaît Jérémy Tracq, maire de Bessans, et que justement c’est pour ça qu’on a travaillé avec des prévisionnistes et qu’on s’est posé les bonnes questions avant de décider oui d’ouvrir la station de Bessans aujourd’hui le 05 novembre et d’être au rendez-vous de cette ouverture de la saison."

Bessans a recours à l'outil de projection Climsnow qui aide à s'adapter et à investir en fonction des prévisions d'enneigement à long terme.

Même si la neige n'est utilisée sur quelques-uns des 120 km de pistes de la station, elle apporte, pour un coût estimé à 50.000 euros tout compris, une vraie "plus-value pour le dynamisme" de Bessans, souligne le maire.

 Et la station, tout l'hiver, veillera amoureusement sur son trésor glacé.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Changement climatique : en Autriche, un tire-vélo remplace le tire-fesse, faute de neige

Elections européennes : les Républicains font campagne sur l'immigration à Menton

Paris se débarrasse-t-elle de ses migrants en vue des JO ?