Cet article n'est pas disponible depuis votre région

À la veille de la Coupe du monde, les défis du Qatar concernant la gestion des foules

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AP
Feu d'artifice à Doha, le 19 novembre.
Feu d'artifice à Doha, le 19 novembre.   -   Tous droits réservés  Jon Gambrell/Copyright 2022 The AP. All rights reserved.   -  

Les autorités ont refoulé samedi soir des milliers de fans d'un concert célébrant la Coupe du monde qui débutera dimanche au Qatar, illustrant ainsi les défis qui attendent Doha concernant la gestion des foules, dans le tournoi le plus compact jamais organisé par la FIFA. 

Une fois à l'extérieur du site, la police qatarie, les agents de sécurité et d'autres personnes ont guidé les milliers de personnes refoulées à l'aide de doigts en mousse géants, de porte-voix et de baguettes de contrôle de la circulation clignotantes.

"Nous savons que ce que la police dit ici est valable", a déclaré un camionneur de 30 ans originaire de Mumbai, qui a refusé de donner son nom par crainte de représailles. Lui et ses amis avaient obtenu un rare jour de congé au port Hamad pour marcher 6 kilomètres  jusqu'à la fan zone avant d'être refoulés. "Nous sommes tristes de partir parce que c'est trop tôt", a-t-il ajouté. "Il n'y a rien que nous puissions faire".

Le Comité suprême du Qatar pour la livraison et l'héritage, qui supervise la Coupe du monde, n'a pas immédiatement répondu aux questions concernant cet incident. 

Points de tensions

Le Qatar, qui compte 3 millions d'habitants, verra sa population largement augmenter avec le tournoi. Il a déjà dépensé plus de 200 milliards de dollars pour des améliorations. Cela inclut un nouveau système de métro souterrain pouvant  transporter les supporters de l'aéroport aux stades. Le gouvernement a même fermé les écoles pour le mois et a demandé aux habitants de travailler à domicile.

Mais les journalistes de l'Associated Press ont déjà constaté des points de tension dans différents lieux, avant même le début du tournoi. Dans le Souq Waqif de Doha, une destination touristique majeure, une passerelle entre des restaurants en plein air s'est rapidement remplie vendredi soir. La station de métro voisine a vu de longues files d'attente, donnant lieu à des bousculades.

Le samedi soir, cependant, a commencé beaucoup plus calmement, le vendredi étant le jour de congé obligatoire pour tous les travailleurs du pays. Peu après 20 heures, cependant, la foule s'est pressée dans la Fan Zone, dans l'espoir d'assister à un concert de la chanteuse libanaise Myriam Fares et du chanteur colombien Maluma. Mais alors que des centaines de personnes se tenaient à l'intérieur d'un parc d'attente, des milliers d'autres se trouvaient à l'extérieur de la salle.

Restrictions en terme de liberté d'expression

Certains sont restés et ont attendu, espérant avoir une chance d'entrer, comme Ayman Awad, un géologue qui s'est envolé pour le Qatar samedi depuis le Soudan. "Je n'abandonnerai pas", a déclaré Awad. "J'espère qu'il n'y aura pas autant de monde".

De nombreux fans étrangers, conscients des restrictions du Qatar en matière de liberté d'expression, se sont gardés de critiquer le pays hôte pendant qu'ils attendaient. Un groupe de touristes saoudiens qui ont exprimé leur déception à un journaliste de l'AP s'est par la suite rétracté par crainte de s'immiscer dans la "politique"."

La Fan Zone du parc Al Bidda prévoit également d'autres grands concerts pendant le tournoi. Mais elle a pris une nouvelle importance après la décision prise vendredi d'interdire la vente d'alcool dans les stades : Elle sera l'un des rares endroits, en dehors des bars d'hôtels et des résidences privées, où les supporters pourront boire un verre tout en faisant la fête dans cette nation islamique conservatrice.